×
google news

Les conséquences possibles de l’invasion russe en Ukraine : près de 90 000 morts

Opportunités tactiques et troupes massées jusqu'à 70% du seuil de réussite, les conséquences possibles de l'invasion russe en Ukraine : près de 90 mille morts.

Colonnes motorisées et mécanisées russes se dirigeant vers la frontière ukrainienne

Les conséquences possibles de l‘invasion russe en Ukraine ont été étudiées par certains médias américains et donnent des chiffres terrifiants : près de 90 000 morts, répartis entre 50 000 civils et 33 000 militaires et 5 millions de réfugiés.

Tout cela alors que la fenêtre diplomatique qui sépare Vladimir Poutine de la ligne interne à partir de laquelle il peut donner l’ordre d’attaquer est de plus en plus étroite.

Conséquences de l’invasion russe en Ukraine : le scénario catastrophe du New York Times

Le New York Times explique qu’une invasion russe de l’Ukraine serait une tragédie mondiale. Notamment parce que les analystes militaires cités ont expliqué que Kiev tomberait en deux jours seulement. Et selon les informations accompagnant cette analyse de scénario, l’administration dirigée par Joe Biden a informé ces derniers jours les parlementaires américains et les partenaires européens de l’évolution du « point de force » mis en place par Moscou.

Poutine amasse des forces et a déjà atteint 70% du « seuil de réussite »

Jusqu’à présent, la Russie a rassemblé environ 70 % des forces jugées nécessaires pour clore le dossier ukrainien en quelques jours. Et Poutine ? Il ne s’est pas encore décidé et l’a fait pour des raisons stratégiques et non pour des considérations éthiques. Le facteur temps est crucial pour lui et les analystes estiment que la mi-février sera décisive.

Pourquoi ? D’une part, pour éviter les terrains accidentés et attendre que tout soit gelé afin de permettre aux brigades blindées de circuler en douceur, et d’autre part, parce que Poutine ne veut pas embêter son allié chinois Xi Jinping et attend la fin des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. En regardant vers l’ouest, il a besoin d’une frontière sino-russe sécurisée.

Ce qu’en dit le Washington Post : il y a 83 bataillons tactiques prêts à bondir

Le Washington Post est plus précis en termes militaires : Moscou a déjà déployé 83 groupes de bataillons tactiques, comptant environ 750 soldats chacun.

Il y a quinze jours, seules 60 de ces unités de pénétration agiles étaient déployées, et les chiffres s’additionnent, puisqu’il manquait la vingtaine de groupes d’assaut, de quatre compagnies chacun, des troupes Spetsnaz détachées des divisions des frontières mongole et chinoise, considérées comme  » inertes  » pour le moment. Open informe que jusqu’à présent, les États-Unis ont estimé la présence militaire russe à la frontière avec l’Ukraine à 100 000 hommes, les services de renseignement occidentaux à 130 000.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contentsads.com