×
google news

Pandora Papers : les comptes offshores de célébrités révélés

"Pandora papers" : les secrets financiers offshores des riches et des dirigeants mis sous les yeux du monde entier. Du roi de Jordanie à la reine Elizabeth en passant par Shakira.

Pandora Papers : révélés les comptes offshores de célébrites

« Pandora papers » : les secrets financiers offshores des riches et des dirigeants mis sous les yeux du monde entier. Du roi de Jordanie à la reine Elizabeth en passant par Shakira.

Quels sont les « Pandora papers »?

Les “Pandora papers“ ont été publiés par l’ICIJ, le Consortium international des journalistes d’investigation.

L’enquête est le résultat d’un effort de deux ans auquel ont participé 600 journalistes et 150 publications. 11,9 millions de nouveaux dossiers confidentiels datant de 1996 à 2020 ont été analysés.

Les “Pandora Papers » sont une analyse de données provenant de 14 entités de services financiers différentes dans des pays et territoires tels que la Suisse, Singapour, les îles Vierges britanniques, Belize et Chypre. Ils révèlent la richesse cachée dans les paradis fiscaux de 35 dirigeants mondiaux, et d’innombrables VIP et milliardaires à travers le monde : du roi de Jordanie à Julio Iglesias, de la reine Elizabeth à Shakira, en passant par l’entourage proche de Vladimir Poutine et Tony Blair.

Qui sont les célébrités ayant des sociétés ou des comptes offshores ?

Les villas du Roi

Le roi Abdullah de Jordanie a utilisé des sociétés écrans pour acheter des propriétés de luxe à Malibu, Londres et Washington pour plus de 100 millions de dollars. Ses avocats ont assuré au consortium qu’il avait utilisé sa fortune personnelle et a eu recours à des sociétés offshores pour des raisons de sécurité et de discrétion.

Le milliardaire populiste

On trouve ensuite le Premier ministre tchèque Andrej Babis. Il est un politicien milliardaire qui se présente comme un populiste opposé à l’élite européenne. Il a acheté pour 22 millions de dollars le Château Bigaud, une grande propriété située à Mougins, dans le sud de la France.

Le Premier ministre, qui a déjà été accusé de mauvaise gestion des subventions européennes et de conflit d’intérêts, est proche des élections législatives des 8 et 9 octobre. Il assure qu’il n’a commis aucune action illégale, et que ce n’est qu’une manœuvre pour le dénigrer avant les élections.

Vladimir Putin

Le nom de Vladimir Putin n’apparaît pas directement dans les documents, mais nous rencontrons nombreux membres de son cercle intime. Parmi eux, son ami d’enfance Petr Kolbin et sa maîtresse présumée, Svetlana Krivonogikh. Elle a acheté un appartement de luxe à Munich par l’intermédiaire d’une société offshore.

Le « Lello » de Gomorra

On y trouve aussi le mafieux Raffaele Amato, arrêté en 2005, dont l’histoire a en partie inspiré le film Gomorra. Il a opéré par le biais d’une société offshore, enregistrée au Royaume-Uni, qu’il a utilisée pour acheter des biens immobiliers en Espagne

Famille royale britanniques

Les documents incluent également la famille royale britannique. La famille royale britannique a acheté pour 67 millions de livres sterling, par l’intermédiaire du Queen’s Fund, une propriété à Londres liée à la famille du président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, qui est accusé de corruption. Et, toujours en Angleterre, Tony et Cheire Blair ont économisé 400 000 dollars d’impôts fonciers en achetant un immeuble de bureaux à Londres par l’intermédiaire d’une société offshore.

Le Président contre la corruption

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, figure aussi sur la liste. Alors qu’il s’est présenté pendant des années comme l’ennemi numéro un de la corruption, Kenyatta et certains membres de sa famille proche ont créé au moins sept entités offshores pour cacher de l’argent et des biens immobiliers d’une valeur de plus de 30 millions de dollars.

Les Célébrités offshores

La chanteuse colombienne Shakira et le mannequin allemand Claudia Schiffer possèdent également des comptes offshores. Leurs agents, toutefois, nient qu’il s’agit d’évasion fiscale.

Un paradis fiscal aux États-Unis

Les documents ne mentionnent pas les noms des riches Américains, mais ils montrent que le South Dakota est l’un des paradis fiscaux du monde. Le Washington Post rapporte que des dizaines de millions de dollars provenant de l’étranger sont parqués dans des entreprises de Soux Falls, la capitale de l’État. En outre, certains de ces fonds sont liés à des personnes et des entreprises accusées de violations des droits de l’homme ou de crimes financiers.

Tout ceci est une cause de grand embarras pour Joe Biden et un coup dur pour sa bataille – déclarée – contre la fiscalité transparente, et pourrait l’affaiblir face aux républicains opposés à ses plans fiscaux américains et internationaux.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media