×
google news

Mali. Les militaires français ont tué un cadre responsable de l’enlèvement des deux journalistes de RFI assassinés en 2013

Un cadre d’Al-Qaida au Maghreb islamique responsable du rapt des deux journalistes de RFI, morts en 2013, a été tué par les militaires français au Mali, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly.

Le 5 juin, les soldats de Barkhane ont détecté la préparation d’une attaque terroriste à Aguelhok, dans le nord du Mali. Une opération de grande envergure a ensuite été lancée contre un groupe armé terroriste qui s’apprêtait à lancer des obus de mortier sur la zone occupée par le bataillon tchadien de la Minusma des Nations Unies.

Cette opération a permis de neutraliser les quatre terroristes », a déclaré la ministre des Armées Florence Parly.

Mali. Les militaires français ont tué un cadre responsable de l’enlèvement des deux journalistes de RFI assassinés en 2013

Où se trouvait « Baye Ag Bakabo, cadre d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et responsable de l’enlèvement » des journalistes de RFI Ghislaine DuPont et Claude Verlon. Les deux journalistes internationaux de Radio France (RFI) ont été enlevés le 2 novembre 2013 lors d’un reportage puis tués près de KAJAL, plusieurs mois après l’opération française Serval visant à empêcher une colonne armée de djihadistes de prendre Bamako.

Leurs corps ont été retrouvés moins de deux heures plus tard, à une douzaine de kilomètres de là. Le 6 novembre, AQMI a revendiqué la responsabilité de leur meurtre.

Le résultat de cette opération « illustre l’une des principales priorités de la France au Sahel : abattre les principales têtes des groupes terroristes opérant dans la région, le RVIM (Rassemblement pour la victoire de l’Islam et des Musulmans) lié à Al-Qaïda, et l’Eigs (Etat islamique dans le Grand Sahara) lié à Daech », a souligné la ministre.

L’annonce de la fin de l’opération Barkhane intervient un jour après que le président Emmanuel Macron a décidé de procéder à une « transformation profonde » de l’engagement militaire français au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane, qui a été lancée en août 2014 et prendra fin prochainement. Environ 5 100 soldats sont déployés dans le Sahel.

« Nous ne pouvons pas mettre des régions qui tombent dans l’anonymat parce que les États décident de ne pas prendre leurs responsabilités. C’est impossible, ou alors c’est un travail sans fin« , a justifié le chef de l’Etat, une semaine après la suspension de la coopération militaire bilatérale avec le Mali.

Il a reporté les méthodes bilatérales et le calendrier de ce retrait à fin juin. La France s’inscrira dans cette perspective avec ses partenaires sahéliens, européens et américains. « Le dispositif change, pas l’objectif« , il s’agit de la lutte contre les groupes armés djihadistes, a déclaré Florence parly.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media