×
google news

Londres, introduit dans les aéroports « taxe sur les embrassades » : les raisons

Pour saluer des parents ou embrasser la douce moitié avant de décoller, il faudra payer : presque 6 euros pour 10 minutes.

taxe sur les embrassades Gatwick
Londres, introduit dans les aéroports "taxe sur les embrassades"

Au Royaume-Uni, l’urgence coronavirus continue de préoccuper, mais la campagne vaccinale progresse à un rythme soutenu. Une grande partie de la population a reçu au moins la première dose de vaccin. À Londres, qui a déclaré l’alarme dans les hôpitaux en janvier, une « taxe sur les embrassades » est introduite dans les aéroports.

Londres, « taxe sur les embrassades » dans les aéroports

Près de 6 euros pour un salut de 10 minutes, plus 17 euros pour vingt minutes, qui deviennent 29 euros si vous voulez discuter pendant une demi-heure. À Gatwick, les passagers et les accompagnateurs ne peuvent actuellement arriver en voiture qu’au Terminal Nord (le seul ouvert) et devront payer l’accès au terminal. Le coût pour dix minutes est de 5 livres (soit 5,8 euros selon le taux de change actuel).

Pour chaque minute supplémentaire il faut ajouter une livre (égale à 1,16 euro), pour un total maximum autorisé d’une demi-heure, qui coûte 25 livres, soit 29 euros. C’est le choix de l’aéroport de Gatwick, à Londres, qui sera introduit à la fin de l’année à celui d’Heathrow. À Gatwick, la taxe sera introduite à partir du 8 mars 2021 et à Heathrow au dernier trimestre de l’année.

Il s’agit d’une dépense destinée à réduire le trafic dans la région et la pollution de l’environnement. Les gestionnaires d’aéroports ne nient pas que la taxe vise également à augmenter les caisses, en crise en période de pandémie. L’idée servira à atténuer le trou de 1,75 milliard d’euros sur les comptes en 2020 causé par l’effondrement du trafic. En particulier, la société de gestion de Londres Heathrow dans une note officielle parle d’une « taxe d’accès à l’aire de trafic » pour les véhicules « fin 2021 ». Le coût est de 5 livres, mais il n’a pas encore été précisé si des fourchettes de tarification liées au temps de stationnement seraient introduites.

Les raisons

Jonathan Pollard, directeur commercial de l’aéroport de Gatwick, commente la décision prise en déclarant : « Ce n’est pas un mystère que nous traversons l’un des moments les plus difficiles et que nous devons explorer de nouvelles formes de revenus ». Pour Pollard, la nouveauté pourra « encourager les passagers à recourir à des options de transport plus durable« .

Tony Cacaavone, directeur de l’accès à la surface d’Heathrow, fait écho à ses paroles. Ce dernier a commenté : « Ces changements, à un moment où les passagers sont en baisse de 80% et nous perdons 5 millions de livres par jour, nous aideront à sauvegarder l’activité et les emplois dans le court terme« .

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media