×

Coronavirus, confinement retardé: la France compte les morts

Partager sur Facebook

En France, le virus continue de faire des victimes: selon les spécialistes, nous avons encore une dizaine de jours de retard sur l’Italie.

Coronavirus confinement retardé France
Coronavirus confinement retardé France

Des mesures de quarantaine ont été prises dix jours après l’Italie. Des données encourageantes suggèrent la lumière au bout du tunnel. Et à Paris, on ne parle presque que de la fin de l’enfermement (après le 11 mai, date fixée par Emmanuel Macron) et de l’organisation pratique pour reprendre une vie normale. C’est peut-être une stratégie, peut-être même la bonne : regarder vers l’avenir. Mais la réalité est qu’en France, le virus continue de faire des victimes. Et, selon les spécialistes, nous avons encore une dizaine de jours de retard sur l’Italie.

Coronavirus en France: confinement retardé

Au cours des dernières 24 heures, il y a eu 753 décès, soit moins de 1438 mercredi 15 avril, mais nous sommes toujours à 17 167 (40% dans le Rsa des personnes âgées). C’est la dure réalité, même si le nombre de personnes admises à l’hôpital hier a diminué pour la deuxième journée consécutive. L’heure n’est pas à la polémique, mais la pensée va à la mi-mars, quand Paris a attendu dix jours par rapport à Rome pour déclarer l’enfermement général. Le 15 mars, le premier tour des communes a eu lieu (et trois maires qui y ont participé sont déjà morts de Covid-19 et d’autres politiciens et scrutateurs locaux sont maintenant en réanimation).

Pendant ce temps, plus d’un tiers des marins du porte-avions Charles-de-Gaulle viennent d’être testés positifs au Coronavirus, après le retour du navire à Toulon. Entre le 13 et le 15 mars, il s’était arrêté à Brest et avait permis aux marins d’aller dans les bars et discothèques de la ville. Certains d’entre eux ont déclaré à la radio France Bleu que certains marins avaient immédiatement montré des symptômes. Mais d’en haut est venu la décision de poursuivre la mission dans l’Atlantique, au cours de laquelle le virus s’est propagé à bord.

Pas de controverse, cependant. Vous devez regarder vers l’avenir et organiser l’après. Mais le dépassement «progressif» de l’enfermement à partir du 11 mai ne sera pas si facile. Jean-François Delfraissy, qui préside le Conseil scientifique Covid-19 du gouvernement, a déclaré que « nous ne passerons pas du noir au blanc, mais à un gris foncé », affirmant que « 18 millions Français personnes à risque devront rester à la maison même après la date limite ». Non seulement cela: «si certaines conditions essentielles ne nous testent pas, comme la disponibilité de tests suffisants, la fin du confinement sera reportée».

A partir du 11 mai, les écoles, des jardins d’enfants au lycée, rouvriront également progressivement. Mais les administrateurs locaux ont de sérieux doutes. « Les risques seront encore trop importants », a souligné hier Philippe Saurel, le maire de Montpellier. Qu’allons-nous faire des parents qui accompagnent leurs enfants à l’école? Ou avec les professeurs ? Comment gérer les cuisines des cantines? Quant à Jean-Pierre Farandou, président de la Sncf, les chemins de fer nationaux, il a appelé à l’obligation pour tous les passagers de reprendre le trafic régulier. Mais la pénurie reste très forte en France. Oui, de nombreux problèmes pratiques pour l’avenir. Et en attendant, tu continues à mourir.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts:

Leggi anche

Entire Digital Publishing - Learn to read again.