×
google news

Pétrole, TotalEnergies bloque les contrats avec la Russie : « Plus facile à dire qu’à faire »

TotalEnergies a également décidé de bloquer ses contrats pétroliers avec la Russie : quant aux autres grandes entreprises, la mise en œuvre n'est pas si immédiate.

Pétrole, TotalEnergies bloque les contrats avec la Russie : "Plus facile à dire qu'à faire"

Malgré le fait que de nombreux géants pétroliers internationaux aient promis de quitter la Russie, les entreprises américaines et britanniques sont toujours bloquées dans leurs activités sur le territoire russe : TotalEnergies, la seule qui a tardé à annoncer l’arrêt des contrats, est intervenue sur le sujet pour expliquer ses intentions.

TotalEnergies bloque des contrats avec la Russie

Dans les jours qui ont suivi le début de la guerre en Ukraine, les sociétés britanniques BP et Shell ont déclaré qu’elles allaient céder leurs activités en Russie et cesser de commercialiser le pétrole russe.

Mais un mois après le début du conflit, ils ont été confrontés à la difficulté de mettre ces souhaits en pratique. Le concept a été mis en avant par Patrick Pouyanne, PDG de la seule grande entreprise qui n’a pas annoncé un retrait immédiat de Russie, s’attirant les critiques des investisseurs et des militants et étant même accusée de complicité de crimes de guerre (TotalEnergies).

« Tout le monde me dit que mes concurrents anglo-saxons partent, mais aucun d’entre eux n’a quitté la Russie et ne sait comment la quitter », a-t-il souligné. « Veulent-ils que je renonce à des actifs en Russie pour enrichir les Russes que nous avons sanctionnés ? Je n’abandonnerai pas, car c’est de la démagogie », a-t-il ajouté.

Le contexte actuel des sanctions européennes et des lois russes contrôlant les investissements étrangers en Russie, a-t-il poursuivi, empêcherait TotalEnergies de trouver un acheteur non russe pour ses intérêts minoritaires en Russie.

L’abandon de ces intérêts sans contrepartie enrichirait donc les investisseurs russes, en contradiction avec l’objectif des sanctions.

Arrêtez les contrats pétroliers avec Moscou

Sa société, qui a déclaré ne pas exploiter de champs pétroliers et gaziers ni d’installations de gaz naturel liquéfié (GNL) en Russie, a toutefois fait savoir qu’elle ne fournira pas de capitaux supplémentaires pour le développement de projets en Russie et qu’elle ne conclura ni ne renouvellera plus de contrats d’achat de pétrole et de produits pétroliers russes.

Ceci dans le but d’arrêter tous ses achats de pétrole et de produits pétroliers russes le plus rapidement possible et au plus tard fin 2022.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

Contents.media