×
google news

Coronavirus, Europe : pandémie sous-estimée

Partager sur Facebook

L’Europe affirme que la pandémie de coronavirus n’aurait pas dû éveiller les soupçons: fin février 2020, il a été sous-estimé : " Contrôlable ".

Coronavirus Europe pandémie sous-estimée
Coronavirus, Europe : pandémie sous-estimée

La pandémie de Coronavirus en Europe a été sous-estimée, car pour la ECDC, elle n’aurait pas dû s’étendre autant. Dans un rapport préparé par le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, situé en Suède, le virus n’occupe que 20 des 130 points qui peuvent être attribués sur le danger.

Coronavirus en Europe: « Faible risque »

La République et le journal espagnol El Pais ont vu et diffusé le procès-verbal, fruit de deux jours de délibérations, rédigés par les membres du Conseil consultatif de l’ECDC, gardiens européens de la santé publique. Parmi eux, notre propre Silvia Declich de l’Institut supérieur de la santé (ISS), qui, avec ses collègues, minimise les risques de Covid-19.

Le document est le mardi 18 Février 2020, 72 heures en Italie a lieu la communication du premier cas de Coronavirus et la prise de conscience qui en résulte du fait qu’il s’est propagé comme une traînée de poudre dans le nord du pays.

L’ECDC a étudié 45 cas positifs au virus en Europe, y compris les deux touristes chinois à Rome et un de Wuhan qui est mort à Paris, mais a souligné qu’ils semblaient être des infections légères, peu nombreux et facilement localisables. Le risque pour la population est « faible » pour le système de santé comme étant  » faible ou modéré « .

Une pandémie sous-estimée :  » Pas dangereux « 

El Pais rapporte, dans le procès-verbal Ecdc: « Ils considèrent que le risque pour la population européenne est faible et il n’y a presque pas d’avertissements sur la dangerosité du virus, la nécessité d’essayer de voir si elle est déjà en Europe, d’obtenir les moyens de le traiter, de concevoir des mesures ».

Un seul représentant allemand exprime des doutes et des inquiétudes quant à la stratégie de confinement mise en œuvre jusqu’à présent :  » Cela n’a pas fonctionné parce que les maladies ne respectent pas les frontières « , déclare-t-il, proposant la discussion de toute autre recommandation. L’Autriche et la Slovaquie, quant à elles, mettent en garde contre le risque de déclencher une psychose collective, tandis qu’un délégué espagnol exhorte à ne pas stigmatiser ceux qui testent par tampon.

Silvia Declich se demande si les asymptomatiques peuvent être un vecteur de contagion et donc être mis en quarantaine, aucune décision prise à la suite de ce doute ou de celle du représentant allemand. « Plus il y a de données disponibles, plus tout peut changer. Cela peut se produire très rapidement, avec un impact significatif », dit Declich.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Entire Digital Publishing - Learn to read again.