×
google news

Anna-Chloé grièvement blessée au visage, chute ou agression raciste ?

Le visage tuméfié d'une adolescente, Anna-Chloé, élève en sixième au collège privé catholique Notre-Dame du Rocher, à Chambéry (Savoie), a été partagé 18 000 fois.

L’école affirme qu’Anna-Chloé avait été victime d’un accident.

L’histoire de la jeune Anna-Chloé fait la une de la presse. Le visage tuméfié de cette collégienne originaire de Chambéry devient viral sur les réseaux sociaux. Si sa mère dénonce une agression raciste, le procureur de la République conteste l’existence de ces violences.

Qu’est-il arrivé à Anna-Chloé, 11 ans, agressée ou victime d’une chute ?

Le visage tuméfié d’une adolescente, Anna-Chloé, élève en sixième au collège privé catholique Notre-Dame du Rocher, à Chambéry (Savoie), a été partagé 18 000 fois.

Pour sa mère, Anna-Chloé n’est pas tombée toute seule. Elle affirme que, depuis la rentrées scolaire, sa fille « subit des violences verbales racistes et même physiques ». « J’avais demandé à rencontrer les responsables d’établissement à plusieurs reprises », ajoute-t-elle. Elle dit n’avoir été reçue que « le jour où sa fille s’était défendue en rendant un coup qu’une camarade lui avait donné » en la traitant de « sale nègre ».

pexe

Le procureur réfute la thèse de l’agression raciste sur Anna-Chloé

Quelques heures après, Pierre-Yves Michau, le procureur a réfuté « fermement » la thèse d’une agression raciste avancée par la mère de l’adolescente. Selon « plusieurs témoignages », l’élève était en retard alors que la cloche a sonné la fin de la récréation, a-t-il expliqué à l’AFP.

Elle a chuté sur un banc puis au sol. Elle a « immédiatement » été prise en charge par les secours. L’adolescente était à ce moment-là « seule » dans cette zone de la cour, affirme-t-il.

Le directeur menacé de mort

L’affaire a eu le temps de déclencher une vague de colère et de haine sur les réseaux sociaux. Le directeur de l’école a dû être placé sous protection policière, son adresse ayant été diffusée sur Internet. Il aurait également fait l’objet de nombreuses menaces de mort.

L’affaire a pris une ampleur telle que le ministre l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer avait demandé l’ouverture d’une enquête.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media