×
google news

Chine, chiens et chats abattus par les autorités sanitaires pendant la quarantaine de Covid de leurs propriétaires

Chine, chiens et chats abattus par les autorités sanitaires pendant la quarantaine de Covid de leurs propriétaires : une vidéo montre la scène barbare

Chine, chiens et chats abattus par les autorités sanitaires pendant la quarantaine de Covid de leurs propriétaires

Encore de l’horreur en Chine, où, comme si la boucherie de Yulin ne suffisait pas, des chiens et des chats auraient été abattus par les autorités sanitaires pendant la quarantaine de Covid des propriétaires : les scènes terrifiantes de cette horreur ont été relancées par certains utilisateurs sur le Weibo social et rebondies sur le nôtre.

Chine, chiens et chats abattus parce qu’ils sont des « victimes » du Covid : la dernière folie de Pékin

La scène est la suivante : de nombreux citoyens chinois rentrant chez eux après une quarantaine n’ont plus retrouvé leurs « amis » à poils (dans le cas de la Chine, qui nous nourrit en partie, les guillemets sont de rigueur). De plus, pour être poilus nous-mêmes, ils ont découvert que leur maison avait été violée. Leurs animaux n’étaient plus là car, sans aucun avertissement ni critère logique et éthique (toutes choses qui, objectivement, ne sont pas légion en Chine), ils avaient été abattus par les autorités sanitaires.

Les théories « scientifiques » farfelues de la Chine avec des chiens et des chats abattus dans des maisons après des effractions

Pourquoi ? Car, selon une théorie farfelue, dénuée de tout fondement scientifique et rejetée sans ménagement par l’Organisation mondiale de la santé, ces animaux auraient pu infecter leurs propriétaires. La politique de « zéro Covid » de Pékin était également capable de le faire, selon les images montrant la mise à mort horrible des animaux.

La vidéo sur Weibo et l’horreur de la Chine : des chiens et des chats tués sans pitié

Dans l’une d’elles, postée sur Weibo par une femme de Shangrao, dans la province de Jiangxi, on peut voir deux hommes entrer dans une maison en tenue sanitaire.

L’un d’eux brandit une massue en fer qui a peut-être servi à s’introduire dans la maison et affronte un petit chien plaqué contre le mur. L’homme, cependant, le frappe à la tête et le tue.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media