×
google news

L’OMS reconnaît les abus sexuels en RDC

L'OMS confirme qu'au moins 63 filles et femmes ont été victimes d'abus sexuels de la part de ses employés en République démocratique du Congo.

Coronavirus OMS
Coronavirus, les prévisions de l’OMS

Au moins 21 membres du personnel de l’OMS sont soupçonnés d’abus sexuels et de viols de femmes et de filles. Cela s’est produit lors de la campagne de lutte contre l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo entre 2018 et 2020.

L’OMS reconnaît que ses employés ont commis des abus sexuels

Cette commission a déterminé, après 12 mois d’enquête, que les auteurs ont profité de la situation vulnérable du pays. Ils ont reçu des allégations concernant neuf viols possibles, ainsi que l’extorsion de femmes qui ont été contraintes d’avorter après avoir été violées.

Le rapport de la commission publié le mardi 28 septembre indique qu’au moins 63 femmes et filles ont subi ces abus. Elle indique qu’en plus des 21 suspects de l’OMS, il y a 62 autres violeurs possibles, de différentes nationalités, bien que ni leurs noms ni leurs coordonnées ne soient actuellement publics.

Les abus sexuels de l’OMS au Congo

Les agressions « ont eu lieu dans des hôtels et dans des maisons louées » par ces violeurs, et les victimes « sont pour la plupart des personnes en situation économique et sociale très précaire« , a déclaré Malick Coulibaly, ancien ministre de la justice du Mali, à la lecture des résultats de l’enquête. De nombreuses victimes « n’ont pas obtenu les emplois qu’on leur avait promis en échange de relations sexuelles« , tandis que d’autres ont déclaré avoir été harcelées à plusieurs reprises pour conserver leur emploi ou licenciées pour avoir refusé.

Certaines de ces agressions sexuelles ont eu lieu sans contraception, imposée par l’agresseur, et ont pu entraîner des grossesses non désirées, des naissances prématurées et des avortements.

L’OMS et les suspects d’abus sexuels

À la suite des résultats préliminaires de l’enquête, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a présenté ses excuses aux victimes. Il a déclaré qu’il était responsable des « défaillances systémiques » que cette affaire a révélées. Il a ensuite promis des réformes au sein de l’organisation pour éviter que de tels événements ne se reproduisent à l’avenir.

Le rapport allègue que l’OMS a commis des erreurs dans le recrutement du personnel pour répondre à l’épidémie d’Ebola, qui s’est produite entre août 2018 et juin 2020. Il s’agit de la deuxième pire épidémie de l’histoire de la maladie, qui a infecté 3 400 personnes, dont 2 300 sont mortes.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media