×
google news

Affaire Regeni, un intellectuel italien rend sa Légion d’honneur

Partager sur Facebook

"Macron n'aurait pas dû donner la grand-croix de la Légion d’honneur à Al-Sissi"

Affaire Regeni intellectuel italien rend sa Légion d’honneur
Affaire Regeni intellectuel italien rend sa Légion d’honneur

L’intellectuel italien Corrado Augias a décidé de rendre les insignes de la Légion d’honneur à la suite de la remise de cette même décoration au Président égyptien Abdel Fatah Al Sissi lors de sa viste à Paris il y a quelques jours.

Une proteste contre la décoration du président égyptien

« Je ne partage pas cet honneur avec un chef d’État qui s’est fait objectivement complice de criminels » écrit Augias dans une lettre à l’ambassadeur français à Rome, évoquant l’assassinat de Giulio Regeni comme « une blessure sanglante » pour les italiens. « J’aurais attendu de la part du Président Macron un geste de compréhension sinon de fraternité, au nom de l’Europe que – ensemble – nous essayons si durement de construire« .

« Je le dis pour la mémoire du pauvre Giulio Regeni »

Corrado Augias, eurodéputé entre 1994 et 1999, qui avait été décoré de la Légion d’honneur en 2007, avec fait référence avec ses mots à l’affaire Giulio Regeni.

Giulio était un étudiant italien de 28 ans enlevé par des inconnus en Egypte. En janvier 2016, quelques jours plus tard, son corps avait été retrouvé torturé et atrocement mutilé dans la banlieue du Caire.

L’affaire empoisonne les relations entre Le Caire et Rome, l’Italie accusant régulièrement les autorités égyptiennes de ne pas coopérer avec les enquêteurs italiens.

Je vous remets donc ces enseignes avec douleur, j’étais fier de montrer le ruban rouge à la boutonnière de ma veste. Mais je ne partage pas cet honneur avec un chef d’État qui s’est fait objectivement complice de criminels.

« L’assassinat de Giulio Regeni représente pour nous, les Italiens, une blessure sanglante, un affront, et j’aurais attendu de la part du Président Macron un geste de compréhension sinon de fraternité, au nom de l’Europe que – ensemble – nous essayons si durement de construire. »

LIRE AUSSI:

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media