×
google news

Coronavirus, décès record au Brésil : plus de 20 000 victimes

Partager sur Facebook

Le Brésil est le jour le plus sombre, avec un nombre record de 1 000 décès en une seule journée depuis le début de la pandémie de Coronavirus.

Coronavirus décès Brésil
Coronavirus décès record Brésil

Plus d’un millier de décès en une seule journée est le triste bilan du Coronavirus au Brésil. Une vague, celle de la pandémie, qui met tout le pays à genoux. Le ministère de la Santé fait état d’un bilan implacable : 1 188 décès au cours des dernières 24 heures pour un total de 20 047 décès. Les infections galopent également : 18 508 cas positifs enregistrés pour un total de 310 087. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 12 jours, les décès ont doublé.

Brésil et Coronavirus, décès record en une journée

Le budget du Brésil intervient alors que le président de l’Organisation mondiale de la Santé, Tedros Ghebreyesus, craint l’escalade de nouveaux cas positifs et de nouveaux décès. Mais le Brésil ne peut pas s’arrêter pour le gouvernement. Le moteur du pays, Sao Paulo, continue de fonctionner alors que le marché boursier continue de s’effondrer.

A Rio de Janeiro, ceux qui peuvent rester à la maison, ceux qui ne peuvent pas partir. Le Coronavirus au Brésil révèle des différences sociales, avec les riches qui peuvent se permettre une quarantaine et la mendicité pauvres dans la rue.

Décès jour après jour

Il y a une chose que toutes les classes sociales ont en commun : le sort fatal dans les hôpitaux. Nosocomi plein de patients ne peut pas sauver tout le monde. En thérapie intensive, c’est une façon de corps. Fin avril, le maire de Sao Paulo, Bruno Covas, a déclaré que des centaines de tombes avaient été creusées dans le cimetière de Vila Formosa, dans la ville la plus peuplée du Brésil. « La question de l’enterrement est un défi, nous voulons être prêts pour que les gens aient une tombe décente » ont-ils été ses mots.

Aujourd’hui, ces mots sont une confirmation sévère. Le secteur de la santé est sous pression. L’hôpital de campagne mis en place en dix jours au stade Pacaembu de Sao Paulo n’a pas suffi : les hospitalisations, même les plus graves, augmentent. Hier, il y a eu 194 décès chez les infirmières et les médecins – un record mondial.

Coronavirus au Brésil: les histoires

Il y a beaucoup d’histoires dramatiques de la pandémie au Brésil : comme la nouvelle mère de 33 ans de Recife, dans le nord du pays, qui est morte après avoir donné naissance à son bébé. Elle a donné un résultat positif au coronavirus et son état s’est soudainement aggravé. Ou comme la policière de 48 ans qui est morte dans les bras de son mari devant l’hôpital Dom Zico à Belem, dans le nord du Brésil. Elle, elle aussi, testée positive au Cronavirus, n’avait trouvé aucune clinique prête à la traiter faute de lits.

Pendant ce temps, de Brasilia, le président Jair Bolsonaro préfère différentes options pour verrouiller. Comme l’hydroxychlorokine, le médicament antipaludique controversé. Dans la deuxième semaine de mai, Bolsonaro a publié une mesure qui fournit son administration à tous les Brésiliens qui le veulent.

Le poids politique du Coronavirus

Dans la mesure, le gouvernement précise qu’il n’y a aucune garantie sur l’efficacité du médicament et qu’il peut y avoir des effets secondaires sur le cœur et le foie. La vague de la pandémie au Brésil ébranle également le consensus de Bolsonaro. Quatre personnes ont été expulsées de son exécutif. Le dernier était le nouveau ministre de la Santé Nelson Teich qui, vendredi 15 mai, a annoncé sa démission.

Il était en fonction depuis moins d’un mois pour remplacer Luiz Henrique Mandetta, mais après quelques semaines déclaré « incompatibilité » avec le gouvernement dans la gestion du virus. Pendant ce temps, Bolsonaro a commencé à porter le masque. Un petit pas pour un pays qui est à l’agonie. Pourtant, pour l’exécutif de Brasilia, un verrouillage serait une pure utopie.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Entire Digital Publishing - Learn to read again.