×
google news

Liban: tampons à 20 €, les femmes doivent utiliser chiffons et couches

Elles utilisent donc des chutes de tissu ou même des couches pour bébés, que l'on trouve plus facilement dans les centres de dons et les magasins.

Liban: tampons à 20 €, femmes doivent utiliser chiffons et couches

Catastrophe sanitaire au Liban : la crise économique a provoqué une augmentation du prix des tampons. Les femmes sont obligées d’utiliser des chiffons et des couches pour leurs menstruations.

Au Liban les tampons ne sont pas produits de première nécessité: prix augmenté de 320 %

En août 2000, le Liban a plongé dans une crise financière, sociale et politique dramatique.

Selon la Banque mondiale, il s’agit de l’un des pires effondrements depuis la fin du XIXe siècle. Un grand nombre de Libanais se trouvent aujourd’hui dans un état de dénuement : en juillet, le chiffre était d’environ 55% de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

Il est évident que, compte tenu de la situation, les prix des produits de première nécessité ont augmenté. Il s’agit notamment des serviettes hygiéniques, qui sont devenues inabordables pour la plupart des femmes.

« Avant la crise, un paquet de serviettes classiques coûtait 3 000 livres libanaises (environ 2 euros), aujourd’hui le même coûte dix fois plus » a déclaré Reine Choueiri, une jeune fille de 24 ans vivant à Beyrouth.

« Je fais très attention à combien j’en utilise. Je n’en mets plus partout dans mes sacs ou vêtements au cas où, car je ne veux pas les oublier ou les abîmer », a-t-elle raconté.

Le prix des serviettes hygiéniques a augmenté de 320 % en un an seulement, selon une étude de l’ONG libanaise Fe-Male. Au début de la crise, l’État subventionnait 300 produits de première nécessité, sans compter les tampons (qui, par ailleurs, sont en partie fabriquées à partir de matières premières libanaises).

« Encore une décision prise par des hommes, qui ne comprennent pas à quel point cette question est primordiale pour toutes les femmes », a noté Reine, agacée.

Système D : chiffons et couches

Avant la crise, les plus précaires pouvaient compter sur les dons des femmes de la classe moyenne pour se procurer ces biens essentiels. Mais aujourd’hui, de nombreuses femmes qui approvisionnaient les associations ne peuvent plus se le permettre.

Face aux prix exorbitants, les femmes démunies ont dû se rabattre sur le système D.

Elles utilisent donc des chutes de tissu ou même des couches pour bébés, que l’on trouve plus facilement dans les centres de dons et les magasins. Parfois, ils doivent même ne rien porter du tout.

Les règles : « sujet de stress et d’anxiété pour les femmes. Cela a un impact direct sur leur santé mentale »

La situation est aussi grave d’un point de vue médical.

L’utilisation de matériaux de mauvaise qualité pour la protection menstruelle – ou même l’absence d’utilisation de tampons – a rendu les fuites courantes. Ceux-ci, explique Liliane Jalbout, gynécologue à Beyrouth, « provoquent des odeurs, des démangeaisons, des allergies ». Et de plus en plus de patients sont touchées.

En outre, la précarité a conduit de nombreuses femmes à un tel état de dénuement et de stress qu’elles n’ont plus leurs règles ou qu’elles ont des règles plus abondantes. « Parfois, les règles arrivent très tard et elles angoissent d’être enceintes, car elles n’ont pas d’argent pour élever un bébé » a-t-elle continué.

L’ONG Dawrati : tampons aux femmes du Liban

« La précarité menstruelle existe lorsque les femmes n’ont pas accès aux produits dont elles ont besoin, pas d’endroit pour se changer, pas d’accès à l’information sur leur cycle, ni d’espace où en parler en sécurité ».

Ce sont les mots de Line Tabet, cofondatrice de l’ONG Dawrati (« cycle menstruel » en arabe libanais).

Cette femme aisée s’est engagée dans ce problème après avoir été choquée par l’absence de distribution de protections menstruelles dans les kits d’aide, « alors que de nombreuses femmes en avaient besoin ».

Tabet a dit que « Il y a des filles qui ratent l’école parce qu’elles n’ont pas de serviettes, certaines qui utilisent des restes de couches pour bébé ou des vieux vêtements. Elles superposent leurs culottes pour éviter les fuites ».

Une étude de Fe-Male montre que 75% des filles et des femmes interrogées ont actuellement des difficultés à accéder à des serviettes hygiéniques et 42% ont modifié leur usage des serviettes.

Appel aux dons sur les médias sociaux

Pour tenter d’atténuer cette crise profonde, Line Tabet a lancé un appel aux dons sur les médias sociaux en mai 2020.

De nombreux colis sont rapidement arrivés : « Mon salon était rempli de cartons ! Il y en avait partout. Le premier mois, on a distribué 1 050 paquets » de protections périodiques, a-t-elle expliqué.

« Dans celui-ci, on va bientôt ajouter un petit livret fait par un gynécologue pour comprendre son cycle et un vernis à ongle », afin de rendre le paquet plus « girly » et le sujet plus attrayant, selon la Libanaise.

Le tabou des menstruations

Il est clair que le problème est également lié au tabou de la menstruation.

« Vous n’imaginez pas le nombre de métaphores qu’on utilise pour les désigner : Tante rose est venue, Bloody Mary, mes coquelicots… » a énuméré Line.

« Les femmes disent toujours ‘ana sakhne’, ce qui veut dire ‘je suis malade’, pour sous-entendre qu’elles ont leurs règles » a-t-elle ajouté.

« On ne parle pas des règles, surtout en présence d’un homme. Certains pères refusent d’aller chercher les tampons pour leurs filles. Dans les supérettes, on peut te donner un sac noir pour les cacher quand tu les achètes ».

Line distribue ensuite ses kits dans de simples sacs en papier blanc pour éviter toute gêne aux destinataires potentiels.

« Je prends en compte la culture. Mon but n’est pas de choquer, je ne fais pas de photos de culottes avec du sang par exemple. L’urgence est d’abord économique et sanitaire », a-t-elle énoncé.

Pollution due aux tampons

Certains se plaignent de la pollution que les serviettes hygiéniques provoquent chaque année, mais Line souligne que

« Après tout ce qu’elles ont vécu, les Libanaises n’ont pas la force de s’ajouter une charge. On ne vit pas au Danemark, où on peut tester la cup un jour puis la culotte menstruelle le lendemain. Nous n’avons pas ce luxe ni ce temps ».

ONG Days for Girls : travail et tampons

Dans le gouvernorat du Akkar, dans le nord du pays, ces problèmes ont commencé bien avant que la crise proprement dite n’éclate. Le territoire borde la Syrie et la Méditerranée, et est donc peuplé de nombreux camps de réfugiés.

Les femmes de Syrie et de Palestine ont été les premières à être touchées par l’insécurité menstruelle.

Avec l’ONG Days for Girls, Latifa a mis en place un atelier de couture, où elle apprend aux femmes à fabriquer des tampons en tissu réutilisables.

Un panneau indiquant « l’hygiène menstruelle est un droit humain » est affiché dans le bâtiment.

Plusieurs couches de tissu sont cousues ensemble pour fabriquer des tampons. Ils sont ensuite vendus à des ONG pour 20 dollars les 8, et les fonds perçus sont reversés aux couturières.

« Au début, beaucoup étaient dégoûtées par leur sang et ne voulaient pas laver leurs culottes avec leurs autres vêtements », se souvient Latifa. « Mais on a écouté leurs retours et on s’est adapté. Depuis qu’on a commencé, il y a eu au moins 13 versions de serviettes ».

« Saigner ne devrait plus être un privilège »

Avec la crise, les demandes augmentent.

Depuis le début de l’année, 5 000 kits ont déjà été vendus. La prochaine étape de l’ONG consiste à organiser des ateliers d’information sur le cycle menstruel à destination des adolescentes.

L’action salvatrice de Latifa, Line et bien d’autres souligne l’absence de mesures concrètes de la part des dirigeants locaux, qui ne considèrent toujours pas ces biens comme indispensables et ne traitent pas cette situation alarmante comme une catastrophe sanitaire.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media