×
google news

Covid-19 : variante sud-africaine plus contagieuse et mutable

Après l'annonce, le Royaume-Uni a interdit les voyages dans six pays africains, tandis qu'Israël a bloqué tout voyage en provenance d'Afrique du Sud.

Covid-19 : variante sud-africaine plus contagieuse et mutée

Identifiée une nouvelle variante sud-africaine de Covid-19. Les chercheurs sont alarmés par sa contagiosité et les mutations qu’elle présente. L’OMS se réunira vendredi 26 novembre pour évaluer la situation.

Covid-19 : nouvelle variante sud-africaine identifiée

« Vient d’être observé : une variante d’Afrique du Sud avec un profil de mutation vraiment horrible ». C’est le tweet de Thomas Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres.

La nouvelle variante de Covid-19, annoncée le 25 novembre par les virologues, présente un nombre « extrêmement élevé » de mutations et « nous pouvons voir qu’il a un potentiel de propagation très rapide », a déclaré le virologue Tulio de Oliveira.

La variante, appelée B.1.1.529., a maintenant été détectée en Afrique du Sud, au Botswana et dans un cas à Hong Kong, chez un passager venant de Johannesburg.

L’Organisation mondiale de la santé a convoqué une réunion vendredi 26 novembre pour évaluer la situation.

Personnes vaccinées et/ou guéries moins protégées contre le virus

L’agence britannique de sécurité sanitaire a déclaré que cette nouvelle variante était « la plus dangereuse à ce jour ».

La crainte est que la nouvelle variante du Covid-19 rende les vaccins moins efficaces.

« Ce qui nous préoccupe, c’est que ce variant pourrait avoir une capacité de transmission accrue, mais aussi être capable de contourner certaines parties de notre système immunitaire », a déclaré un chercheur, le professeur Richard Lessells.

Le chercheur italien Alessandro Carabelli, directeur de l’un des groupes de recherche du consortium britannique Cog-Uk qui surveille les variantes, a confirmé l’alerte.

Il a expliqué que le nombre de variations de la protéine Spike – celle que le coronavirus utilise pour s’accrocher à nos cellules et y pénétrer – est environ le double de celui de la variante Delta et le triple de celui de la variante Alpha.

« Il présente à la fois les mutations qui rendent le virus plus contagieux et celles qui pourraient rendre les anticorps confus », poursuit Carabelli. « Nous savons que les taches que nos anticorps utilisent pour reconnaître la Spike sont situées dans quatre régions. B.1.1.529 a des mutations dans chacune de ces quatre régions ».

La crainte est donc que les anticorps des personnes guéries et vaccinées aient du mal à reconnaître la nouvelle souche, ce qui nous protégerait moins.

22 deux cas en Afrique du Sud

Jusqu’à présent, 22 cas ont été signalés, touchant Guateng, la région la plus riche d’Afrique du Sud.

Après avoir passé les derniers mois dans une relative tranquillité, le taux de positivité est monté en flèche dans certaines régions, passant de moins de 1 % à 30 %. La majorité des personnes infectées sont des jeunes, selon l’Institut national des maladies transmissibles (INMT).

Les chercheurs ont aussi noté que la variante est maintenant à 90% dans certaines régions de Gauteng. Cela signifie qu’elle a supplanté en peu de temps la variante Delta (la plus agressive découverte jusqu’à présent).

En Afrique du Sud, seulement 24% de la population totale est vaccinée. On suppose qu’un si grand nombre de mutations se sont accumulées chez une personne infectée immunodéprimée (peut-être atteinte du VIH), qui a lutté longtemps contre le coronavirus, ce qui a permis à un grand nombre d’erreurs de s’accumuler dans son génome.

L’OMS se réunit aujourd’hui pour discuter de la nouvelle variante

Après l’annonce, le Royaume-Uni a interdit les voyages dans six pays africains, tandis qu’Israël a bloqué tout voyage en provenance d’Afrique du Sud.

Aucun cas de B.1.1.529 n’a encore été découvert en Europe, mais il est possible que le cas soit également découvert ici, car « la route aérienne Johannesburg-Londres est très fréquentée », a noté Carabelli.

L’OMS a déclaré « suivre de près » ce nouveau variant et doit se réunir aujourd’hui pour déterminer sa dangerosité. Si l’organisation devait déclarer aujourd’hui la nouvelle souche « variante en cours d’investigation » ou « variante préoccupante », la surveillance serait immédiatement renforcée.

Cependant, il faut garder à l’esprit, comme l’a déclaré John Nkengasogn, du Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Union africaine, que « il existe de nombreux variants mais certains n’ont pas de conséquence sur la progression de l’épidémie ».

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media