×

Tatouages au henné noir : danger !

Partager sur Facebook
Tatouage au henné

Les tatouages éphémères noirs à base de henné connaissent un grand succès en bord de mer, sur les plages et les marchés. Mais attention, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les vacanciers sur la présence d’une substance dangereuse pouvant se trouver dans l’encre utilisée pour faire les dessins.

Le tatouage au henné noir fait le bonheur des vacanciers et souvent des plus jeunes, car sa coloration noire est souvent plus appréciée que la teinte habituelle du henné variant du brun à l’orange.

De quoi est composé ce « henné noir » ?

Selon le bulletin Vigilances publié en juillet 2013 par l’ANSM, « la couleur noire est obtenue par l’ajout illégal de la paraphénylènediamine (PPD) dans le henné qui par ailleurs augmente la longévité du tatouage ». Il y est rappelé aussi que « la PPD est une substance autorisée dans les produits cosmétiques, uniquement dans les teintures capillaires, à une concentration ne pouvant excéder 6 %. Cette substance est également utilisée pour colorer les textiles notamment. »

De plus les tatouages au henné noir sont souvent réalisés en dehors des circuits sanitaires classiques ce qui rend difficile les contrôles nécessaires pour garantir la sécurité des vacanciers.

Les risques liés aux tatouages éphémères noirs

Ainsi les risques d’allergies liées à ces tatouages sont importants et chaque année « des dermatologues et allergologues signalent à l’ANSM des cas d’eczéma allergique de contact qui surviennent quelques jours à quelques semaines à la suite de la réalisation de ces tatouages. Ils peuvent être limités à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante voire à tout le corps. » Parfois même « ces réactions nécessitent une prise en charge médicale urgente voire une hospitalisation » et « peuvent également conduire à une polysensibilisation irréversible, notamment à des caoutchoucs, à des colorants vestimentaires et à des teintures capillaires permanentes et empêcher la pratique de certaines activités professionnelles comme celle de coiffeur par exemple ».

Le conseil de l’ANSM est donc tout simplement de ne pas avoir recours à ce type de tatouage !


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts:

Leggi anche