×
google news

La Russie tire un missile anti-satellite, les États-Unis indignés

« Les débris créés par ce test dangereux et irresponsable menaceront les satellites vitaux pour la sécurité, l’économie, et intérêts scientifiques d’autres nations pour les décennies à venir »

La Russie tire un missile anti-satellite : États-Unis indignés

Les Etats-Unis ont accusé la Russie d’avoir mené un tir de missile antisatellite « dangereux et irresponsable », dont les conséquences mettent en danger nos satellites et nos astronautes dans l’espace.

États-Unis : Russie irresponsable lance un missile antisatellite dans l’espace

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a déclaré que le lundi 15 novembre « la Russie a conduit de façon irresponsable un test destructeur de missile antisatellite à ascension directe à l’encontre de l’un de ses propres satellites ».

« Ce test a jusqu’ici généré plus de 1500 de débris orbitaux traçables, et va probablement générer centaines de milliers de morceaux plus petits de débris orbitaux » a-t-il ajouté dans un communiqué

Danger pour les satellites et les astronautes

Le satellite abattu est probablement Cosmos 1408, un satellite russe inactif depuis 1980.

Mais cette action est très mal pensée, car elle risque de mettre en danger tous les autres satellites en orbite autour de la Terre.

« Les débris créés par ce test dangereux et irresponsable menaceront désormais les satellites et autres objets spatiaux vitaux pour la sécurité, l’économie, et intérêts scientifiques d’autres nations pour les décennies à venir », a accusé Antony Blinken.

De plus, en agissant ainsi, la Russie a mis en danger les astronautes de la station spatiale internationale :

« Il est impensable que la Russie mette en danger non seulement les astronautes américains et des partenaires internationaux dans l’ISS, mais aussi ses propres cosmonautes », a déclaré Bill Nelson, patron de la Nasa.

Ce tir va également « significativement accroître le risque posé pour les astronautes et cosmonautes de la Station spatiale internationale », a-t-il souligné

Lundi matin, les sept astronautes à bord de l’ISS (quatre Américains, un Allemand et deux Russes) ont dû se réfugier dans leurs réservoirs à la station afin de préparer une évacuation d’urgence.

Selon certaines sources, ils étaient tous revenus à l’ISS lundi à la mi-journée, mais les écoutilles entre les différents modules sont restées fermées par sécurité.

« Je suis scandalisé par cette action irresponsable et déstabilisatrice » a-t-il insisté.

« Les amis, tout est en ordre chez nous »

Les États-Unis s’engagent à « travailler avec (leurs) alliés et partenaires pour chercher à répondre à cet acte irresponsable ».

Dans la journée de lundi, l’agence spatiale russe Roscosmos a déclaré que les astronautes à bord de l’ISS n’étaient pas en danger, mais n’a pas fait référence à des tests de missiles.

« L’orbite de l’objet, qui a forcé l’équipage aujourd’hui à se rendre dans le vaisseau selon les procédures standard, s’est éloigné de l’orbite de l’ISS », a tweeté Roscosmos.

Le cosmonaute russe Anton Shkaplerov a lui aussi tenu des paroles rassurantes au sujet de l’incident sur Twitter : « Les amis, tout est en ordre chez nous. On continue le travail selon notre programme ».

« Il s’agit purement d’un test militaire »

Ce n’est pas le premier tir anti-satellite effectué. Auparavant, d’autres tirs avaient été effectués par les États-Unis, la Chine, l’Inde et la Russie elle-même. Certes, ces cas ne sont pas fréquents : le dernier était un test indien qui s’est produit en 2019.

Cependant, ils ont toujours été critiqués, notamment en raison de la grande quantité de débris générés, qui deviennent des projectiles dangereux.

Selon les experts, certains débris se désintégreront en entrant dans l’atmosphère « dans les mois qui viennent », mais d’autres pourraient rester en orbite jusqu’à dix ans.

Le danger est qu’ils entrent en collision avec d’autres satellites en orbite, qui sont essentiels pour de nombreuses activités que nous faisons tous les jours, des communications à la géolocalisation.

Il est clair que le fait de pouvoir détruire les satellites d’autres pays peut constituer un atout militaire stratégique.

« Le détruire n’était absolument pas nécessaire », a jugé un spécialiste. « Il s’agit purement d’un test militaire ».

« Nous avons déjà beaucoup trop de débris là-haut pour délibérément en générer d’autres, c’est inexcusable », a-t-il ajouté.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media