×
google news

Presse réprimée en Birmanie : journaliste américain condamné

« Son maintien en détention est inacceptable. Le journalisme n’est pas un crime », a indiqué un porte-parole de la diplomatie américaine.

Presse réprimée en Birmanie : journaliste américain condamné

Le journaliste américain Danny Fenster, arrêté en mai par la junte militaire au pouvoir en Birmanie, a été condamné à 11 ans de prison. Ce n’est qu’un exemple de la manière dont la junte militaire au pouvoir tente de contrôler l’information, en supprimant la presse en premier lieu.

Birmanie : le journaliste Danny Fenster condamné à 11 ans de prison

Danny Fenster a été arrêté le 24 mai, environ trois mois après le coup d’État militaire, alors qu’il tentait de quitter le pays à l’aéroport international de Rangoon.

Le pays avait déclaré en octobre que 5 636 prisonniers arrêtés pour avoir protesté contre le coup d’État seraient graciés. Toutefois, le journaliste américain ne figurait pas parmi eux.

Aujourd’hui, 12 novembre, il a été condamné à 11 ans de prison, a annoncé son employeur, le média Frontier Myanmar.

Frontier Myanmar s’est dit « profondément déçu de la décision prise aujourd’hui de condamner son rédacteur en chef Danny Fenster à des peines de prison d’une durée totale de 11 ans ».

Risque de prison à vie

Il y a trois chefs d’accusation : incitation à la dissidence, association illégale, violation de la loi sur les visas.

Fenster est également accusé, dans le cadre d’une procédure distincte, de terrorisme et de sédition. Il risque la prison à vie pour ces accusations.

« Le journalisme n’est pas un crime »

Le procès s’est déroulé à huis clos dans l’enceinte de la prison d’Insein, où l’homme est détenu avec d’autres prisonniers politiques.

« Son maintien en détention est inacceptable. Le journalisme n’est pas un crime », a indiqué un porte-parole de la diplomatie américaine.

La junte militaire étrangle la presse en Birmanie

La Birmanie a plongé dans la violence après le putsch militaire du 1er février, qui a mis fin à dix ans de démocratie.

Le régime militaire a commencé une répression féroce contre ses opposants. L’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP) parle de 1 250 civils tués et de plus de 7 000 arrestations.

La presse est clairement l’une des cibles les plus touchées par la junte, qui tente de renforcer son contrôle sur l’information en restreignant l’accès à l’internet et en annulant les licences des médias.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media