×
google news

Covid 19: les rassemblements en plein air favorisent-ils la propagation du virus ?

Selon plusieurs études, même si le risque de contamination est faible en plein air, il reste possible d'être contaminé pas des gouttelettes ou par aérosols, si on est à proximité d'une personne infectée.

Rassemblements Covid 19
Rassemblements Covid 19

Est-ce que les rassemblements en plein air favorisent la propagation du Covid 19? Le risque de contamination est faible à l’extérieur, mais c’est possible d’être contaminé par des gouttelettes projetées par une personne infectée se trouvant à proximité, selon plusieurs études.

Covid-19 : les risques des rassemblements

Profitant de belles journées ensoleillées, de nombreux Parisiens se sont rassemblés sur les quais de Seine. Des moments écourtés par les policiers qui ont fait évacuer les lieux. Mais sur les photos et vidéos prises de cette foule, les visages sans masques sont légion.

Ces images ont provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux. Certains se sont offusqués de ces comportements. D’autres ont à l’inverse dénoncé une intervention policière inutile et demandent les preuves de l’existence de contaminations.

Pascal Crépey, enseignant-chercheur au département d’épidémiologie de l’École des hautes études en santé publique, assure que le risque de contamination en extérieur existe. Qu’on soit à l’intérieur ou à l’extérieur, la transmission par manuportage ne varie pas. Toucher une surface contaminée, se serrer la main, picorer dans le même sac de chips peut suffire à s’infecter.

Les gouttelettes et les aérosols

La contamination par gouttelettes ou aérosols est également possible, même si dans le milieu extérieur, il y a une meilleure ventilation et donc un effet de dilution extrêmement grand. Cependant, si on est en face d’une personne qui parle sans masque, on peut être contaminé.

De même, les aérosols émis par une personne éternuant à proximité représentent un risque potentiel. Lorsqu’on éternue, les aérosols peuvent être projetés sur 6 ou 8 mètres. A l’extérieur, si quelqu’un éternue et si on ne porte pas de masque, on peut très bien être atteint. Mais le virus va très vite être dilué dans l’air et, à moins d’être vraiment en face, le risque d’être infecté est faible.

Rassemblements à l’intérieur et rassemblements à l’extérieur

Il n’y a pas de comparaison possible entre les risques à l’intérieur et ceux à l’extérieur. Le risque de cluster en extérieur est quasi-nul.

Ce qui provoque les clusters, ce sont en général les contaminations par aérosols. Ces microgouttelettes peuvent contaminer un grand nombre de personnes, si elles se trouvent dans la même pièce et sans air renouvelé. Par définition, en extérieur, l’air, est renouvelé tout le temps et ces aérosols ne peuvent pas s’accumuler.

Donc, à l’extérieur, on peut prendre des précautions simples : on peut voir quelques amis, mais pas tout un groupe; on peut porter le masque, maintenir une distance, et ne pas partager de boisson ou de nourriture. De plus, toutes les activités statiques et de proximité vont forcément être plus à risques de contamination que les activités mobiles. Si on fume, si on boit, si on mange, le masque tombe: et le masque joue vraiment un rôle protecteur.

La contamination en plein air

Les preuves de contaminations en plein air existent elles aussi. Les contaminations à l’extérieur représentent moins de 10% des infections et moins de 5% sont liées à des activités en plein air. La probabilité d’être contaminé est 18,7 fois moins élevée en extérieur qu’en intérieur. Donc, le risque de contamination en extérieur existe, mais il est bien plus faible qu’en intérieur.

Mais il n’y a pas beaucoup des données parce que le début de la deuxième vague épidémique a frappé les pays occidentaux à l’été. Les chercheurs ont connu la période estivale où le virus a circulé et où les gens ont pris des repas à l’extérieur. Mais ils n’ont pas fait de ‘contact-tracing’ rétrograde. Donc, ils ont perdu une somme d’informations impressionnantes et leur connaissance des sources de contamination est extrêmement limitée.

La contamination au Covid-19 causée par les rassemblements est difficile à identifier

C’est très compliqué de mettre en évidence des contaminations et des clusters en extérieur. Les gens qui se retrouvent en extérieur le font en général temporairement et pas dans un cadre très fixe. Recréer les liens entre les personnes infectées, et identifier qu’elles ont été en contact seulement en extérieur, c’est souvent impossible.

Mais on a des données très solides pour démontrer que les Etats qui ont mis en œuvre l’obligation du port du masque dans les lieux publics ont connu une diminution de la circulation du virus.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

870x489 maxstockworld017485
Faits Divers

«Arrêt total» de 24h pour SOS Médecins

27 septembre 2021
Afin de réaliser une revalorisation de ses services, SOS Médecins annonce 24 heures d’arrêt total de ses activités à partir de ce lundi à 8 heures.
loading...
Contents.media