×

Contestations au Chili, balles en caoutchouc contre manifestants: 200 blessés

Dans les manifestations qui enflamment le Chili depuis un mois, le nombre de morts est passé à 23. En outre, 177 manifestants ont été blessés par des balles en caoutchouc.

Contestations au Chili

Les violences policières contre les manifestants se poursuivent lors des manifestations qui se déroulent actuellement au Chili et qui ont commencé il y a exactement un mois: le 7 octobre dernier. En fait, les médias locaux ont rapporté qu’au cours des dernières semaines, jusqu’à 23 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements, dont 5 ont été tuées directement par les militaires, tandis que 177 ont subi de graves blessures aux yeux (au point de devenir complètement aveugles) à cause des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes tirés à hauteur humaine. Ce furent des jours de grande tension dans ce pays d’Amérique du Sud, qui n’avait pas connu une crise aussi grave depuis la dictature d’Augusto Pinochet.

Les manifestations au Chili, 23 morts parmi les manifestants

Il y a maintenant des dizaines de rapports de violence dans le pays de la part des militants et de la police, comme celui qui s’est produit le 6 novembre à un jeune homme d’Antofagasta (dans le nord du Chili) qui a été arrêté par des agents en civil en attendant le bus à 5 heures.

Une fois monté à bord de leur véhicule, le jeune homme a été assommé avec un pistolet Taser, les yeux bandés, menotté et emmené dans une maison isolée où, pendant plusieurs heures, les militaires l’ont torturé en essayant d’obtenir les noms des dirigeants des insurgés.

Le petit garçon dit qu’il y avait d’autres prisonniers dans la maison en plus de lui. Pour essayer de le faire parler, les agents lui ont mis des aiguilles sous les ongles et l’ont menacé avec des phrases comme « Voulez-vous qu’on vous jette dans la crique ou qu’on vous enterre dans le désert? Ce n’est qu’après plusieurs heures que le jeune homme a été libéré aux portes d’Antofagasta.

26 personnes perdent la vue

En plus de la pratique de la torture, il y a aussi de nombreuses blessures aux yeux des manifestants, causées par des balles en caoutchouc de 9 millimètres tirées à hauteur humaine par la police antiémeute.

Selon un rapport de l’Institut national des droits de l’homme du Chili, 177 personnes ont subi de graves lésions oculaires et 26 ont perdu la vue d’un œil. Le docteur Mauricio Lopez a déclaré :  » Lundi dernier, nous avons eu 10 personnes avec ce type de blessure en une heure. C’était incroyable, rien de tel ne s’était jamais produit dans l’histoire de la médecine ophtalmique au Chili.

Les charges retenues contre le Président Pinera

Dans l’intervalle, le juge Patricio Alvarez a accepté la demande présentée par un groupe d’avocats chiliens afin d’accuser le Président Sebastián Pinera de crimes contre l’humanité. Une enquête a donc été ouverte sur les crimes commis par des membres de l’armée chilienne lors de manifestations, notamment les meurtres, les arrestations illégales, la torture et les abus sexuels.

Le président Pinera, accusé par les opposants d’être un milliardaire peu empathique pour la classe moyenne et les pauvres du pays, a immédiatement répondu aux accusations en déclarant qu’il n’avait rien à cacher.

Ces derniers jours, cependant, alors qu’il annonçait un remaniement du gouvernement, Pinera lui-même l’avait dit: « La violence ne devrait jamais être acceptée dans une société démocratique. Nous devons moderniser nos institutions démocratiques et renforcer nos systèmes de renseignement et de sécurité publique ».

Parallèlement, la Commission interaméricaine des droits de l’homme a officiellement demandé au Ministère des affaires étrangères de se rendre dans le pays afin de vérifier les allégations de violations des droits fondamentaux formulées ces derniers jours.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts: