×
google news

Valérie Pécresse évoque maladroitement la théorie du « grand remplacement »

Le lundi, l’association qualifie les propos de Valérie Pécresse de « pas dignes ». Plus encore, l’association suscite les candidats à la présidentielle à ne plus courir après l’extrême droite.

Valérie Pécresse a annoncé sa candidature aux élections présidentielles de 2022

Valérie Pécresse, au cours de sa récente intervention, a évoqué une théorie de « grand remplacement ». Cela a très vite suscité de vives réactions, surtout au niveau de l’Association SOS Racisme. Le lundi, l’association qualifie les propos de Valérie Pécresse de « pas dignes ».

Plus encore, l’association suscite les candidats à la présidentielle à ne plus courir après l’extrême droite.

La théorie du « grand remplacement » évoquée par Valérie Pécresse, qu’est-ce que c’est ?

Dixit la candidate à la présidentielle, V. Pécresse, il n’y a « pas de fatalité, ni au grand remplacement, ni au grand déclassement ». La théorie du grand remplacement évoquée ici fait allusion à une théorie de complots qui préconise que la population d’Europe soit remplacée par une autre constituée de personnes immigrés non européennes.

Le commentaire du président de l’association SOS Racisme face aux propos

Dominique Sopo, président de l’association SOS Racisme, déclare : « les propos de Valérie Pécresse ne sont pas dignes d’une prétendante majeure à la présidence de la république ». À la base, il faut remarquer que la théorie du « grand remplacement » peut susciter des conflits mortels. Par exemple, un incident survint en mars 2019 en Nouvelle-Zélande. En effet, c’est un suprématiste du pays, connu sous le nom de Brenton Tarrant, qui ouvre un série de coups de feu dans les enceintes de deux mosquées de Christchurch.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

Contents.media