×
google news

Des nouveautés sur le projet de loi contre la maltraitance des animaux

La disparition progressive de certaines espèces et l’achat incontrôlé d'animaux de compagnie sont au cœur des préoccupations des acteurs politiques.

La disparition progressive de certaines espèces et l’achat incontrôlé d’animaux de compagnie sont au cœur des préoccupations des acteurs politiques.

Des nouveautés sur le projet de loi contre la maltraitance des animaux

Chacun essaye de faire de son mieux pour démontrer son engagement dans cette lutte.

C’est ainsi que certains députés et sénateurs ont proposé une loi permettant de répondre à ces différentes préoccupations.

Fin de l’exploitation commerciale des animaux sauvages

Désormais, certaines espèces sauvages ne feront plus objet de vente. D’après l’accord signé par les sept députés et sénateurs réunis pour défendre l’espèce animale, les animaux sauvages ne seront désormais plus admis dans les cirques et delphinariums d’ici cinq ans. Cette décision a été prise en raison de la maltraitance que subissent ces bêtes dans ces endroits. Loïc Dombreval, député et co-auteur de la proposition de loi, a d’ailleurs exprimé sa joie sur son compte tweeter à ce sujet. Il déclare : « nous avons trouvé un accord inespéré sur un texte historique en faveur de la condition animale en France ».

Plus d’achat impulsif d’animaux de compagnie

Les animaux de compagnie n’ont pas été laissés pour compte dans cette lutte pour la sauvegarde des animaux. La loi votée par ces hommes du peuple devrait aussi contribuer à stopper l’achat des animaux de compagnie. En effet, ces animaux sont le plus souvent mal entretenus ou abandonnés par leurs maîtres. Le mieux serait alors de restreindre leur achat afin de les préserver. Ainsi, les chiots ou les chatons ne seront plus mis en vente dès le 1er janvier 2024. De même, plus aucun animal ne sera exposé en vitrine dès l’application de cette loi.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media