×
google news

Histoire des guitares dobro et national

Partager sur Facebook

Instrument original et novateur : invention de début de siècle Les guitares Dobro sont une invention américaine du début du vingtième siècle dues aux frères Dopera (Ed, Rudy et John inventèrent le Dobro National) en 1925.
C’est aujourd’hui la société OMI (Original Musical Instruments) qui en gère la fabrication dans son usine californienne de Long Beach.

L’histoire de la marque commence par l’invention, par Rudy et John, d’un instrument en vogue à l’époque, le banjo, mais avec une touche originale en plus nommée « le résonateur » qui en fait un son typique lorsque l’on en joue.
Au départ, d’ailleurs, l’enseigne des frères s’appelle la « Dopyera Brothers ».
Les gens, ayant des difficultés à énoncer le nom, le « y » l’ont alors supprimé.
En fait, selon les propos du fabricant lui-même, ils décident alors d’appeler leurs instruments nouvellement fabriqués des « Nationales », simplement pour plus de commodité dans la prononciation du mot.
Tout cela sans relation aucune avec un quelconque patriotisme propre à leur pays.
Ensuite, pendant l’entre-deux-guerres et avant la Grand Dépression de 1929, les frères procèdent alors à la fabrication des premières « Steelguitars » distribués dans les points de vente à partir de 1926.

C’est la mode hawaïenne, alors très en vogue, qui préside au choix de l’esthétique de l’instrument, obtenant ainsi un manche carré.
Le tout premier modèle dénommé « 27 » est fabriqué entièrement à la main.
Utilisé par certains musiciens : une adaptation au marché Pour répondre à la demande commerciale et produire des modèles moins onéreux à l’achat, les frères Dopyera produisent ainsi un modèle d’instrument qu’ils appellent « National« , qu’ils commencent à vendre en 1929.
Ces modèles sont alors fabriqués sur mesure et seulement sur commande du client.
À partir des années 1935-1936, la guitare électrique « importée » d’Hawaï est le modèle dominant, un de ceux qui se vendent le plus.
À l’usage, nous savons que les différences de son entre une « National » et une « Dobro » se font progressivement ; en fait, plus l’on se sert de ces instruments, plus le son obtient son cachet typique qu’il n’a pas nécessairement lorsqu’il est neuf, ni sur les Dobro occasion, sans non plus se dénaturer totalement.
Nous utilisons plus facilement une guitare en métal avec un bottleneck (goulot de bouteille) pour pratiquer le blues, alors que pour la country musique, le « Dobro » est encore plus adapté.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media