×
google news

Pierre Menès s’en prend à Leonardo

Partager sur Facebook

Alors que le PSG a confirmé mercredi dans un communiqué le départ de Leonardo dès la fin du mercato estival, le journaliste sportif Pierre Menès n’a pas hésité à faire le procès du directeur sportif brésilien, qui selon lui quitte ses fonctions avec « un bilan assez négatif. »

Pierre Menès

Après deux ans dans la capitale, Leonardo s’apprête à faire ses adieux au Paris Saint-Germain. Pour l’ancien entraîneur de l’Inter Milan et l’AC Milan, il paraît évident que sa sanction alourdie à douze mois suite à son coup d’épaule à l’encontre d’Alexandre Castro, lors de PSG-Valenciennes (5 mai, 1-1), a eu une influence sur sa volonté de ne pas poursuivre l’aventure en France. Pour Pierre Menès, cela va même encore plus loin. Sur son blog, le célèbre journaliste sportif croit que les ondes entre lui et le football tricolore n’ont jamais été positives.

« Après, ce garçon – dont on peut penser ce que l’on veut mais qui est d’une intelligence rare – a sûrement un plan B… à l’étranger. Car il y a un autre facteur à prendre en compte : Leo n’aimait ni la France ni le football français, a-t-il lâché. Il n’a eu cesse d’expliquer que le joueur français se préparait mal, s’entraînait mal, mangeait mal, n’avait pas d’esprit de compétition et a enchaîné les sorties au lance-flammes contre le foot hexagonal. »

Une influence restreinte sur le recrutement

Selon lui, les choses paraissent claires : Leonardo « s’en va avec un bilan assez négatif, avec pour seul fait de gloire un titre de champion. » Car bien que le Brésilien ait travaillé d’arrache-pied ces derniers mois pour attirer de grands joueurs, Pierre Menès croit au contraire que son influence était limitée au moment de convaincre les stars internationales d’accepter le projet parisien.

« Après, moi je veux bien qu’on me dise que c’est lui qui gère le recrutement du club. Mais entre nous, si mener le recrutement c’est aller à Naples pour demander le montant de la clause libératoire de Cavani et dire « bon OK, on va la payer », pas besoin d’avoir un talent de recruteur ou de négociateur inouï, concède-t-il. Dénicher Verratti, OK. Mais pour aller chercher Ibra, Thiago Silva ou Cavani, pas besoin de carnet d’adresses. Un carnet de chèques suffit. »


Contacts:
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments
ololo
16 juillet 2013 14 h 25 min

Tu es le genre de français qui souffrent de la maladie de « prétentieux et zénophobie à l’égard des étrangers ». Quel est le recruteur français qui aurait fait mieux que Léo? c’est juste par jalousie que vous vous êtes insurgés contre, non seulement lui mais, tout le projet QSI. Que n’avons-nous pas vu durant la saison écoulée? que des conspirations, des ambuches clairement tendues contre le PSG. Attendons voir ce que vous français saurez faire de mieux par arapport à lui. Ne recourez pas à un autre étranger pour qu’enfin vous le maltraitiez comme c’est votre habitude. Cette haine des étrangers… Lire la suite »


Contacts:

Leggi anche

Entire Digital Publishing - Learn to read again.