×
google news

Ribéry et Lizarazu défendent M’Vila

Yann M'Vila

Suspendu jusqu’à la Coupe du Monde 2014 pour ses écarts de conduites répétés, Yann M’Vila a tout de même reçu le soutien de certains de ses aînés.

C’est notamment le cas de Franck Ribéry, qui l’a côtoyé en Equipe de France. «Je trouve que cette sanction est sévère. C’est d’autant plus difficile qu’il traversait déjà une période compliquée. Ce n’est pas la meilleure façon d’aider un joueur à revenir à son meilleur niveau. Il est certain qu’il méritait une sanction, mais plutôt une amende. Le suspendre jusqu’en 2014, c’est franchement exagéré», a expliqué le joueur du Bayern Munich dans les colonnes de l‘Equipe.

Même Bixente Lizarazu a trouvé la décision de la Fédération Française de Football très sévère, au regard des évènements de la Coupe du Monde 2010 et de l’épisode du bus : « C’est disproportionné par rapport à Knysna. En Afrique du Sud, ça valait le double. Or ça reste le plus grand fiasco de l’histoire du foot français. »

M’Vila devrait faire appel

Clairement les dirigeants de la FFF ont voulu faire un exemple, en pleine période « électorale ». En effet, le 15 décembre prochain un nouveau président sera élu ou réélu : Noël Le Graët est candidat à sa propre succession et aurait pu avoir la main lourde sur le cas M’Vila afin de montrer qu’il était capable de gérer les écarts des joueurs internationaux.

Depuis le jour de la décision de la 3F, Yann M’Vila a un délai de dix jours pour faire officiellement appel. Vu la sentence prononcée, il ne risque à priori pas que sa peine soit alourdie et pourrait donc faire appel dans les jours qui viennent, après avoir pesé le pour et le contre avec ses avocats et représentants.

« Je ne défends pas ce qu’a fait Yann M’Vila cette nuit-là alors qu’il aurait dû rester à l’hôtel avec les autres. Je dis simplement que c’est un comportement d’un jeune homme de 22 ans, moins grave que le comportement de certains dans d’autres sports qui se dopent ou qui cassent des plateaux de télévision. La Fédération a voulu faire un exemple. Mais en justice, on doit rendre une décision juste et opportune. Ce n’est pas le cas. On fait de Yann M’Vila, un bouc-émissaire« , avait ainsi expliqué Me Fillon sur RMC.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media