×
google news

2000 migrants en attente à Calais : l’appel de la maire

« Aujourd'hui, il n'y a rien de clair. Et ce n'est pas seulement, en mettant des hommes et en achetant des drones qu'on va régler très clairement le fond du problème »

2000 migrants en attente à Calais : l'appel de la maire

Entre 1 500 et 2000 migrants attendent à Calais de pouvoir rejoindre le Royaume-Uni en traversant la Manche. La maire de Calais accuse les Britanniques d’encourager le travail illégal et la traite des êtres humains

La situation des migrants à Calais

Le Royaume-Uni est une destination importante pour les migrants depuis des années.

Après le Brexit, le pays ne pourra plus renvoyer les migrants demandeurs d’asile depuis la France sans examiner au préalable leur demande d’asile. En outre, le Royaume-Uni n’est plus obligé d’accepter le regroupement familial des mineurs non accompagnés.

Dans tout cela, Calais est l’un des lieux les plus proches de la frontière britannique, qui n’est qu’à 30 kilomètres. C’est donc une zone de campement pour de nombreux migrants en attente.

Le camp de réfugiés de Calais est surnommé « la jungle« . Un lieu précaire où vivaient, jusqu’en 2016, plus de 10 000 personnes qui avaient installé des commerces, des écoles, des centres culturels et religieux. Une petite ville à côté de la ville, en somme.

En 2016, le camp a été démoli pour la première fois par les autorités françaises. Depuis lors, les policiers français ont confisqué les tentes et autres biens des migrants, les endommageant souvent, afin qu’ils ne puissent pas être réutilisés. Ces pratiques visent à décourager l’arrivée de nouveaux migrants et de pousser ceux qui sont présents à partir.

Mais « Si l’objectif est de décourager les situations de promiscuité dans le nord de la France, ces mesures sont un échec patent et causent en effet de graves dommages » a déclare Bénédicte Jeannerod, directrice pour la France de HRW

La requête du maire au sujet des migrants

La maire de Calais, Natacha Bouchart, a exhorté Emmanuel Macron sur franceinfo, le 11 octobre, à « provoquer une réunion » et mettre fin à la polémique entre la France et le Royaume-Uni concernant les traversées de la Manche par les migrants.

La situation est en effet critique, comme l’a dit la maire :

« Dans la ville, on a environ 1 500 migrants, dans l’agglomération, un peu plus 600. Donc on a environ entre 1 500 et plus de 2 000 personnes qui sont en attente et qui s’organisent avec les passeurs pour pouvoir faire ce passage qui coûte cher, environ 7 000 euros »

En outre, le Royaume-Uni doit 64,4 millions d’euros à la France pour les efforts déployés par celle-ci pour protéger la frontière. Cette année, toutefois, les Britanniques ont refusé de payer la somme, sous prétexte que la France ne protège pas suffisamment la frontière.

Il y a quelques jours, le ministre français de l’intérieur, Gérard Darmanin, s’est exprimé sur le s’est exprimé sur le thème. :

« Nous demandons aux Britanniques de tenir leurs promesses de financement, car nous contrôlons aussi la frontière pour eux. Et puis, bien sûr, c’est à eux de réduire l’attrait que le Royaume-Uni exerce sur les migrants ».

« Les Britanniques […] favorisent largement le travail illégal »

Les déclarations de Bouchart à ce sujet sont fermes.

« Les Britanniques […] favorisent largement le travail illégal et donc renforce l’appel d’air. Aujourd’hui, Calais est une ville frontière, il est temps de rompre l’accord d’il y a maintenant plus de vingt ans et d’en remettre les tenants et les aboutissants sur la table, puisqu’eux ne font aucun effort ».

Et elle a poursuit : « Cette somme réclamée, ce n’est rien par rapport à 1 500 passages, à 7 000 euros le passage. On est sur des sommes à quasiment un million par nuit. Et si on veut s’attaquer vraiment aux sujets, aux problèmes, il faudra beaucoup plus ».

La maire a ensuite appelé l’Angleterre à réformer son propre pays, en réglementant son propre code du travail et la manière dont les migrants sont accueillis.

« Mais en attendant, aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Ils ne peuvent pas nous menacer de renvoyer des personnes à travers la Manche en leur faisant prendre des risques et en mettant leur vie doublement en danger. C’est tout simplement scandaleux. On appelle ça de la traite des hommes »

L’appel à Macron

« Et moi, je considère qu’aujourd’hui, il est important pour la France de dépasser le cadre du ministère de l’Intérieur et que le président de la République réunisse enfin sur le sujet le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Economie et surtout qu’ils soient tous ensemble et qu’ils viennent faire cette réunion de travail qui n’a jamais eu lieu avec la maire de Calais »

La maire a souligné que « Il n’y a que le président de la République qui peut provoquer cette réunion ».

Elle a demandé que des mesures plus fermes soient prises contre les contrebandiers, les Britanniques et certaines associations.

« Et donc, il faut être clair. Et aujourd’hui, il n’y a rien de clair. Et ce n’est pas seulement, en mettant des hommes et en achetant des drones qu’on va régler très clairement le fond du problème »

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media