×
google news

Cyberharcèlement de Mila : jusqu’à six mois de prison avec sursis

L'audience, l'une des premières consacrées à ce nouveau délit qu'est le harcèlement en ligne.

Jusqu’à six mois de prison avec sursis pour un prévenu de 12 ans qui a fait l’objet de menaces de harcèlement et de mort en ligne après avoir publié une vidéo critiquant l’islam en janvier 2020. Le parquet a requis mardi 22 juin des peines allant jusqu’à six mois de prison avec sursis contre douze personnes jugées à Paris pour avoir participé à l’harcèlement de l’adolescente Mila, après sa vidéo controversée qui critiquait le Coran et l’islam en janvier 2020.

Cyber harcèlement de Mila : jusqu’à six mois de prison avec sursis

Le représentant de l’accusation a toutefois demandé la libération d’un treizième précis, au bénéfice du doute. Contre les douze autres prévenus, le ministère public a demandé un « jugement d’avertissement » : trois mois de soutien avec sursis contre ceux poursuivis pour harcèlement, six mois avec sursis pour ceux poursuivis pour menaces de harcèlement et de mort. « Un spectre de la bêtise et de la haine« .

Âgés de 18 à 30 ans, la grande majorité des accusés n’avaient pas de casier judiciaire et la plupart d’entre eux ont reconnu être l’auteur d’un message. Mais ils ont nié savoir qu’ils participaient à un « raid » numérique.

Intervenu dix mois après une première flambée de haine à l’égard de l’adolescente, qui avait été contrainte de quitter son école et de vivre sous la protection de la police après avoir été la cible de milliers de messages de menace sur Internet, selon les procureurs. Il a vilipendé la « dérobade » et les « mauvaises justifications » des accusés, « spectre de la bêtise et de la haine du voisinage« .

L’audience, l’une des premières consacrées à ce nouveau délit qu’est le harcèlement en ligne, « doit permettre une prise de conscience, pour les prévenus et au-delà : il n’y a pas d’anonymat sur Internet« , a noté le représentant du Procureur.

Ils diront à ces jeunes que (Mila) n’est pas un punching-ball sur lequel on peut se défouler pour aimer et que « les réseaux sociaux ne sont pas un Occident lointain sans règles », a-t-il déclaré.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media