×
google news

Une augmentation du nombre de cas de variant Indien et une « situation étroitement surveillée »

La plupart d'entre eux (18 sur 24) sont dus au même variant qui est très répandu au Royaume-Uni, B.167.2

Le variant indien du SRAS-Cov-2 (B.167), identifié pour la première fois en France début avril, est désormais lié à 24 clusters dans le pays, indique Santé Publique France dans son Bilan épidémiologique publié jeudi soir.

Une augmentation du nombre de cas de variant Indien et une « situation étroitement surveillée »

La plupart d’entre eux (18 sur 24) sont dus au même variant qui est très répandu au Royaume-Uni, B.167.2. L’aspect nouveau est que deux de ces 24 foyers n’ont aucun lien connu avec l’Inde.

Le point sur la situation : variant indien en France

Seulement 24 « flambées » d’au moins un cas positif (entre quatre et huit apparaissent chaque semaine), sans que l’on connaisse le nombre exact de personnes infectées au total. Huit régions sont touchées à ce stade, dont sept en France métropolitaine et en Guyane. Pour 20 de ces 24 foyers, une ou plusieurs personnes étaient revenues d’Inde.

Deux autres sont liés à une transmission sur un navire dont l’équipage était de nationalité indienne. Pour les deux derniers, « aucun lien direct avec l’Inde n’a été signalé« . Le variant indien a le plus souvent été confirmé par séquençage, technique consistant à analyser la génétique complète d’un virus. Le criblage, une méthode complémentaire, plus rapide mais moins précise, ne permet pas d’identifier ce variant « indien ».

Des clusters en France ?

Les deux groupes qui n’ont aucun lien connu avec l’Inde sont des familles. Le premier, identifié en Auvergne-Rhône-Alpes, comprend 5 cas positifs, dont 3 sont confirmés comme B.167.2. Si son origine fait encore l’objet d’une enquête, « elle pourrait être liée à une contamination en Suisse« , indiquent les autorités sanitaires.

La seconde, en Ile-de-France, concerne trois cas positifs, dont au moins un provenant du même noyau famillial. Cette contamination temporelle peut avoir eu lieu sur le lieu de travail, où d’autres cas positifs ont été signalés (avec une variante non identifiée à ce stade).

Les Ars d’Ile-de-France se préparent à la variante Indienne « suggère que des chaînes de transmission de la lignée B.1.617 se sont produites, localement, autour de cas importés d’Inde », indique Santé publique France. En d’autres termes, les mesures de recherche et d’isolement prises en France n’ont pas empêché une personne infectée de contaminer une autre personne en Inde.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media