×
google news

Jamais autant de jumeaux dans le monde

Une étude s’interroge sur les causes et les dynamiques qui ont conduit à l’augmentation des naissances de jumeaux dans le monde.

Jumeaux

C’est ce qu’explique une étude publiée dans la revue « Human Reproduction » : le pic de naissance de jumeaux peut être expliqué et justifié par l’extension de la PMA et par l’âge avancé des grossesses.

Pic de naissance de jumeaux

Chaque année, 1,6 million de paires de jumeaux naissent dans le monde, ou presque un enfant sur 40 en fait partie.

En fait, depuis les années 1980, le taux de naissances de jumeaux avait augmenté d’un tiers, passant de 9,1 à 12,00 pour 1000 naissances. C’est ce que dit un professeur du musée d’histoire nationale, Gilles Pison. Il affirme que ce pic est préoccupant, car les bébés naissent prématurément, avec plus de complications pendant l’accouchement, souvent avec une insuffisance pondérale et une mortalité plus élevée que les autres parties.

Les jumeaux monozygotes naissent dans le monde dans les mêmes proportions, avec un taux constant qui ne change même pas avec l’âge de la femme ou dans des régions et des pays différents. La reproduction médicalement assistée, également connue sous le nom d’ART, qui a commencé dans les années 70 dans les pays riches, a facilité et contribué à cette augmentation des naissances jumelles.

Le taux sanguin d’une hormone, la FSH, augmente avec l’âge et la probabilité d’une grossesse jumelle augmente jusqu’à atteindre un pic à 37 ans. Grâce au progrès de la procréation assistée, on a réussi à permettre des grossesses avec l’implantation d’un seul embryon, en gelant ceux en excès.
Pison et les autres auteurs de l’étude ont estimé le taux de jumelage dans les différents pays du monde et ont étudié et approfondi les changements survenus dans les périmètres 1980-1985 et 2010-2015, en utilisant toutes les données disponibles.

Il s’est avéré que le taux de jumelage d’il y a 30 ans, en Europe, était presque la moitié de celui de l’Afrique, mais il a considérablement augmenté par la suite, atteignant presque le taux africain (qui est resté toujours inchangé).

LIRE AUSSI:

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media