×

La grève générale continue : affrontements à Paris, poubelles incendiées

Partager sur Facebook

Grève générale : les transports s'arrêtent, les écoles ferment, attendent environ 250 manifestations : affrontements à Paris et Tour Eiffel fermée. .

Grève générale affrontements à Paris
Grève générale Paris

La France a répondu à l’appel, plus d’un million de personnes sont descendues dans la rue aujourd’hui, le premier jour de protestation contre le projet de réforme des pensions d’Emmanuel Macron. Le pays est bloqué : les transports, les écoles, les raffineries et les services sont arrêtés. Le syndicat, bien qu’affaibli ces dernières années, est rassuré par cette démonstration de force, tachée seulement par les affrontements causés par les blocs noirs à Paris.

Grève générale : affrontements à Paris

Les grèves se poursuivront jusqu’au bout, mais depuis qu’Elisha Macron dit « calme et déterminée » face à la protestation. Si l’avant-garde du mouvement sont les travailleurs des transports, les cheminots – dont les droits acquis sur les pensions que le gouvernement voudrait ramener à un régime universel -, dans les processions de Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux et d’autres dizaines de villes (une soixantaine) il y avait des enseignants, étudiants, fonctionnaires, ouvriers du spectacle, retraités. Les chiffres sur le nombre de manifestants sont toujours contradictoires : le soir, le syndicat CGT a parlé de 1,5 million de manifestants, le ministère de l’Intérieur de 806 mille.

A Paris, les syndicats se sont mobilisés pour un défilé de 250.000 personnes, mais l’observatoire indépendant « Occurrence » en a compté 40.500. Une centaine d’arrestations en fin de journée ont eu lieu à Paris, où une tension rappelant les week-ends violents des gilets jaunes a été enregistrée Place de la République. Quelques centaines de blocs noirs s’étaient installés sur la place symbolique de France, mettant le feu aux poubelles et aux bancs, attaquant les magasins et fendant les vitrines. Le résultat fut que le chef de la procession se rendit tranquillement à la Place de la Nation alors que plusieurs étaient coincés par les échauffourées ne pouvant pas accéder à la République pendant quelques heures.

Les affrontements ont été parfois violents, mais les plus extrémistes sont restés circonscrits dans la grande place, où ils ont allumé un pieu dans le centre, mais ont été incapables d’exporter vers d’autres zones tafferugli. Quelques affrontements également à la fin, avant la dispersion sur la Place de la Nation. Au fur et à mesure que les processions défilaient, les jours suivants ont été planifiés dans les salles du gouvernement et au siège du syndicat.

Le métro parisien resterait stationnaire

Déjà dans la matinée, on annonçait que le métro parisien resterait stationnaire « au moins jusqu’à lundi » . Cependant, il y a eu une légère amélioration : tout a été bloqué, le vendredi sur certaines lignes, un train sur trois ou un train sur quatre fonctionnera aux heures de pointe. Les trains ne rouleront qu’à 10% pour les trains à grande vitesse, avec une légère amélioration à 15% pour les trains rapides et régionaux. On s’attend à ce que les écoles rouvrent, tandis qu’environ la moitié des enseignants ont fait la grève.

Si le syndicat a poussé un soupir de soulagement pour la forte participation et pour l’organisation qui a cependant laissé en marge les blocs noirs, la communication du gouvernement a porté sur la prudence et la fermeté. D’une part, il a été annoncé qu’au milieu de la semaine prochaine, Edouard Philippe, après avoir conclu les consultations avec les partenaires sociaux, annoncera les grandes lignes de la réforme, qui ne sont pas encore connues pour le moment.

Des sources proches du gouvernement révèlent une volonté de faire des concessions pour isoler l’aile dure de la protestation, en particulier à la date d’entrée en vigueur des nouvelles règles. D’autre part, l’Elysée a fait savoir que Macron est « calme et déterminé à achever la réforme », même si « d’importantes marges de négociation » subsistent, a souligné le porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Une nouvelle manifestation aux contours incertains est prévue samedi.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts: