×

Mariage et adoption pour tous : ce qu’en pense l’APGL

Partager sur Facebook

Dans un entretien paru au journal La Croix le 11 septembre 2012, Christiane Taubira a dévoilé les grandes lignes du projet de loi sur le mariage et l'adoption homosexuels. Alors que la ministre de la justice a confirmé que les homosexuels pourront adopter dans les mêmes conditions que les hétérosexuels, elle a précisé que ce projet de loi "ne prévoyait pas d'élargir l'accès à la procréation médicalement assistée". Dominique Boren de l'APGL, l'association des Parents et Futurs parents Gays et Lesbiens, principale association homoparentale présente depuis 1986, a accepté de répondre à nos questions.

Dans un entretien paru au journal La Croix le 11 septembre 2012, Christiane Taubira a dévoilé les grandes lignes du projet de loi sur le mariage et l’adoption homosexuels. Alors que la ministre de la justice a confirmé que les homosexuels pourront adopter dans les mêmes conditions que les hétérosexuels, elle a précisé que ce projet de loi « ne prévoyait pas d’élargir l’accès à la procréation médicalement assistée ». Dominique Boren de l’APGL, l’association des Parents et Futurs parents Gays et Lesbiens, principale association homoparentale présente depuis 1986, a accepté de répondre à nos questions.

Manifestation de l’APGL

D.B : A titre préliminaire, il n’y a pas de projet de mariage homosexuel. Il s’agit en fait, et les deux ministres se sont employées à le confirmer, d’ouvrir le mariage civil tel qu’il existe aujourd’hui et l’adoption, à tous les couples et donc aux couples formés de personnes de même sexe. En tout cas, c’est ce que réclament l’APGL et les autres associations concernées.

Êtes-vous satisfait du projet de loi de Christiane Taubira ?
D.B : A ce jour, il n’existe pas de projet de loi en tant que tel, ni de Christiane Taubira, ni de Dominique Bertinotti (ministre déléguée à la famille). En revanche, il y a la proposition 31 du candidat Hollande, devenu Président, qui est en cours d’élaboration, avec une phase préalable de concertation et d’audition avec les associations concernées.
Sur cette proposition, nous avons eu l’occasion de rendre public nos demandes et revendications qui vont au-delà.
L’APGL demande l’application et le respect de la valeur républicaine de l’Egalité pour tous, en matière de mariage et d’accès à la parentalité et d’ouverture de la PMA pour les femmes. Tant que nous n’avons pas le projet de loi dans sa version adoptée par le Conseil des Ministres, nous ne pouvons pas nous prononcer sur notre satisfaction ou non. Nous sommes donc très vigilants et surtout très mobilisés.

Mme Taubira a confirmé que les couples homosexuels pourraient adopter des enfants mais a précisé que le texte ne prévoyait pas d’élargir aux couples de femmes l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Qu’en pensez vous?

D.B : Si cette position devait devenir définitive, nous serions très déçus avec le sentiment amer d’avoir été dupés par une promesse purement électorale. Madame Taubira, appuyée par Madame Bertinotti nous ont confirmé au cours de notre audition du 12 septembre que «tout était ouvert pour la question de la PMA concernant les femmes»…Là encore nous restons mobilisés et réaffirmons notre demande d’ouverture de la PMA à toutes les femmes, en couples ou célibataires.

L’Inter-LGBT s’étonne de ne pas avoir été consulté avant que le projet ne soit dévoilé. Votre association a t-elle été consultée ?
D.B : Les réactions des uns et des autres doivent s’apprécier aujourd’hui en fonction des entretiens et auditions qui ont eu lieu – y compris ceux déjà menés par madame Bertinotti avant les vacances, depuis cette interview. Pour notre part, nous avons été et sommes consultés et nous avons fait savoir que nous restions disponibles pour toute forme de consultation ou auditions complémentaires.

Que pensez-vous de la proposition de Mme Boutin d’organiser un referendum ? Pensez-vous que cela soit nécessaire ?

D.B : François Hollande a été élu en connaissance de cause, sur ce sujet, par les français et françaises qui lui ont par ailleurs envoyé une majorité de députés au parlement… le peuple a donc déjà été consulté et ses représentants le confirmeront.

Quelle est votre réaction face aux déclarations du cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon ?
D.B : Elles participent à la campagne de dénonciation initiée par la hiérarchie catholique. Là où l’archevêque de Paris dans sa prise de parole au moment du 15 août était resté somme toute courtois dans la forme, celui de Lyon a « défoncé » les limites du débat public… Aucun titre ou fonction (civil ou clérical) ne justifie des propos de cette nature…à ceux et celles qui les ont entendu d’en juger y compris les catholiques pratiquants concernés par l’homoparentalité…


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Contacts: