×
google news

J’ai un nom : la renaissance de Chanel Miller, victime de viol

Chanel a montré aussi que se reconstruire après un viol est possible et que de ces souffrances peuvent naître des choses magnifiques, comme ce livre.

J'ai un nom : la renaissance de Chanel Miller, victime de viol

J’ai un nom, sorti en France le 14 octobre 2021, est l’histoire de la renaissance de Chanel Miller, victime de viol lors d’une fête dans une fraternité de Stanford.

Chanel Miller : victime de viol à Stanford

Chanel Miller, alors connue sous le nom d’Emily Doe, était à l’époque une jeune fille de 22 ans.

En 2015, elle s’était rendue avec sa sœur et des amis à une fête de fraternité à Stanford. Comme tous les jeunes de son âge, elle s’amusait, dansait, riait et buvait.

La situation a dégénéré lorsqu’elle a eu un black-out dû à l’alcool. La jeune fille a été trouvée inconsciente par deux Suédois qui passaient par là. Ils ont aussi arrêté l’agresseur, Brock Turner, jusqu’à l’arrivée de la police.

Une fois à l’hôpital, un policier lui a dit qu’elle avait « sans doute » été victime d’une agression sexuelle. Après avoir subi des tests, Chanel a été renvoyée chez elle en attendant les résultats.

À partir de ce moment, sa vie a changé radicalement.

« On n’éduque cependant pas les garçons à ne pas violer »

Chanel Miller ne recevra la confirmation de ce qui lui est advenu que 10 jours plus tard, directement par la presse.

Le narratif suit le schéma éprouvé de toute agression sur une fille en état d’ébriété.

Lui, Brock Turner, le bon garçon qui, enfant, aidait les dames à traverser la rue. Lui, le parfait étudiant prometteur de Stanford, athlétique, intelligent et beau. Comment une fille pourrait-elle le refuser ?

D’un autre côté, la victime, probablement habillé de la mauvaise façon. Une victime qui ne vit que dans l’espace-temps de cette soirée, qui n’a aucune vie, aucun objectif, en dehors de cela. Une fille décrite seulement pour son absence d’inhibition et pour sa consommation d’alcool.

La fille s’est-elle comportée comme la victime parfaite ? A-t-elle pleuré ? S’est-elle mise en colère ? Elle a probablement montré trop d’émotion, donc elle est probablement peu fiable.

Elle est également plus âgée que son agresseur et a un copain. Où était son copain pendant la soirée ? Pourquoi une mère laisserait-elle sa fille aller à une fête d’université ?

En bref, c’est Chanel et ses parents qui sont coupables.

« Tout indique que les femmes doivent faire attention. On n’éduque cependant pas les garçons à ne pas violer ».

C’est la critique sévère que Chanel formule dans son livre après son expérience avec les médias et le tribunal.

Pour les autres victimes : « se reconstruire après un viol est possible »

La nuit de l’attaque, « l’ancienne Chanel est morte » et la nouvelle a dû entamer un combat qui allait durer presque deux ans.

Après des mois de difficultés, de dépression et de procédures, le verdict tombe. Le violeur est reconnu coupable.

Est-ce suffisant ? Pas pour Chanel Miller.

Le véritable défi consiste à guérir du traumatisme : une victime, surtout après un procès pénal aussi long et une exposition médiatique massive, se sent dépossédée de son histoire, de son identité. Blessé.

La reconstruction se fait lentement. Emily Doe vivait dans un petit monde solitaire, dans un corps meurtri et négligé.

Chanel Miller a recommencé à zéro, se reconstruisant à partir de petites choses.

Elle a fait du yoga, une thérapie avec un psychologue. Elle raconte comment héberger des chiens en tant que famille d’accueil et leur apporter ce qu’il faut, pour qu’eux aillent mieux, contribue à son rétablissement. Ces chiens l’aident à comprendre que d’avoir des besoins spécifiques à la suite d’un traumatisme ne fait pas d’elle une personne indigne de compassion et d’amour.

Enfin, il a récupéré son histoire par l’écriture : d’abord par la déclaration de victime lue au procès et publiée sur Internet, puis par son livre, J’ai un nom.

Elle a trouvé la catharsis en exposant ce qu’il s’est passé, puis en le réécrivant encore et encore.

Chanel a montré aussi que se reconstruire après un viol est possible et que de ces souffrances peuvent naître des choses magnifiques, comme ce livre.

Deux lois seront modifiées

Deux mois après le verdict, la sentence de l’agresseur est décidée. Sur le papier, il encourt entre six et quatorze ans de prison ferme. Dans les faits, l’agresseur n’écope que de six mois, dont trois fermes.

Malgré cela, les médias du monde entier ont repris l’histoire de Chanel et l’ont racontée. Une vague de soutien international s’est formée et a alerté la politique américaine.

La peine de l’agresseur de Chanel Miller restera inchangée, mais deux lois seront modifiées pour que plus jamais des violeurs n’écopent de peines aussi légères.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media