×
google news

Frelon asiatique, Pesticides : les apiculteurs plutôt satisfaits du gouvernement

Les apiculteurs réunis en congrès à Agen (Lot-et-Garonne) ont salué les décisions du gouvernement de s’attaquer au problème de la colonisation du territoire par le frelon asiatique ainsi que de taxer davantage les pesticides.

Abeille

« Après le retrait du Cruiser sur colza et l’annonce du prochain classement comme espèce nuisible du frelon asiatique (prédateur de l’abeille), nous constatons un changement d’approche de l’Etat« , s’est félicité Olivier Belval, président de l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF).

« Cela met du baume au coeur des apiculteurs » a-t-il dit à l’occasion du Congrès européen de l’apiculture qui réunit 5000 apiculteurs venus de toute l’Europe jusqu’à dimanche.

Les apiculteurs français voient en effet leurs récoltes chuter chaque année à cause en partie de ce prédateur redoutable et de l’utilisation intensive de pesticides par les agriculteurs.

Les chiffres sont éloquents : 30 à 40 % des ruches disparaissent chaque année dans le pays.

Tête de frelon asiatique

Bien que le Vespa velutina(frelon asiatique) soit principalement localisé en Aquitaine, il colonise chaque année un peu plus le pays, fragilisant les ruches d’abeilles en s’attaquant directement aux ouvrières.

Bertrand Auzeral, président du syndicat L’Abeille Gasconne, estime lui « attendre la suite: quels budgets vont être alloués et pourquoi faire ? Si c’est pour faire de nouvelles études scientifiques sur le développement du frelon asiatique, autant jeter l’argent dans la Garonne« . Il se félicite cependant de cette annonce du ministre de l’Agriculture, « alors que ces ministères se refilaient jusqu’ici la patate chaude« .

Les syndicats d’apiculteurs espèrent que les crédits alloués à la lutte contre le frelon asiatique seront utilisés pour la recherche et que la destruction des nids se fera dans le respect de l’environnement.

Les pesticides en cause

Pesticides

Autre cause de surmortalité des abeilles : les pesticides. Selon l’UNAF, ils seraient responsables de la moitié de la mortalité des colonies d’abeilles.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a proposé d’augmenter fortement les taxes sur les produits phytosanitaires utilisés par les agriculteurs.

Toutefois, Mr Belval attend beaucoup plus de la part du gouvernement, qui doit dévoiler un plan pour une apiculture durable au mois de janvier, estimant que « malgré le plan Ecophyto, qui entendait diviser par deux leur utilisation d’ici 2018, les ventes de ces produits ne cessent d’augmenter« .

Il a d’autre part souligné le fait que l’utilisation du pesticide Cruiser sur colza devrait également être interdite pour la culture du maïs.Les apiculteurs demandent au gouvernement d’interdire l’utilisation sur le territoire de tous les insecticides néonicotinoïdes, tels que le Gaucho, le Proteus et le Cruiser.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media