×
google news

TF1 : la chaîne réagit au canular de Rémi Gaillard

Star de la toile pour ses canulars, Rémi Gaillard se retrouve sur le devant de la scène pour avoir piégé TF1 au cours de l’émission « Confessions intimes ». Interrogée par le HuffPost, la chaîne privée a donné sa version des faits.

Rémi Gaillard tend un piège à TF1 dans Confessions Intimes

Dans le cadre d’une émission diffusée mercredi sur TF1, Aurélien affichait son fanatisme à l’égard de Rémi Gaillard, pour la plus grande consternation de sa femme Ludivine.

Sauf qu’il ne s’agissait que d’une mise en scène créée de toutes pièces par le célèbre humoriste, qui n’en était pas à son premier coup d’essai.

Le problème, c’est que la chaîne première, prise au dépourvu, a diffusé cet épisode de « Confessions intimes ». Invitée à réagir auprès du HuffPost, TF1 a confirmé le canular : « Nous avons été effectivement victimes d’une supercherie, d’une tromperie préméditée. »

« Son canular nous porte préjudice »

Pour Rémi Gaillard, il s’agissait de mettre en avant les limites de la conception de l’une des émissions phares de TF1. Mais pour la direction du groupe, tout avait été fait pour ne pas se faire surprendre.

« Nous avons fait une enquête auprès de l’entourage du couple. Des regroupements sont systématiquement effectués, a-t-on précisé. La mère d’Aurélien a été appelée, nous avons demandé des preuves que le couple était ensemble depuis longtemps, des preuves qu’Aurélien était fan de Rémi Gaillard. »

Dénonçant l’idée de « travestir la réalité », TF1 se réserve aujourd’hui le droit de porte plainte contre Rémi Gaillard : « Nous n’excluons rien à ce stade. Nous examinons toutes les pistes. Ce qui est sûr, c’est que son canular nous porte préjudice et que ses accusations sont diffamatoires. Nous prenons très à cœur nos témoins, c’est la première fois qu’il nous arrive une chose pareille. Rémi Gaillard ne s’est pas seulement moqué de nous. Il s’est aussi moqué du téléspectateur. »

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media