×
google news

Le Pen relance polémique Mayotte

Lors de sa visite à Mayotte, Marine Le Pen a mis en doute les chiffres de la population de l’île fournies par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Cette dernière, chef du Rassemblement national (RN), s’est opposée à l’estimation de 320 901 habitants au 1er janvier 2024, déclarant qu’elle en doutait autant que l’existence de l’animal fictif, le Dahu. Elle s’est exprimée devant un public de citoyens qui semblaient partager ses idées, mais qui n’ont pas réagi à sa référence à la créature mythique.

Les attaques de Le Pen contre l’Insee vont au-delà du simple scepticisme : elle accuse l’Etat de mente sur les problèmes d’immigration clandestine et de sécurité dans le 101e département français. Elle a affirmé lors d’une réunion avec plusieurs élus locaux, y compris le président du conseil départemental, qu’il y avait probablement plus du double de personnes sur l’île que le chiffre officiel ne le suggère.

La notion est importante pour celle qui envisage de se porter candidate à la prochaine élection présidentielle en 2027. En effet, elle condense toutes les critiques qu’elle a formulées envers le gouvernement. D’après elle, ce dernier est responsable de la descente dans le « chaos » de Mayotte. Ainsi, lorsque Marine Le Pen déclare que les collectivités locales mahoraises sont « dépossédées des ressources qui leur seraient normalement allouées », en particulier via l’allocation générale de fonctionnement fournie par l’Etat, les représentants présents ne peuvent qu’approuver. Ils défendent tous cette notion depuis plusieurs années. En leur suggérant de demander « une inspection ou un travail d’investigation pour identifier le surplus de population par rapport aux données officielles », la meneuse du groupe des députés d’extrême droite les rassure.

Un document de la Cour des comptes.

Le dernier recensement général mené par l’Insee à Mayotte remonte à 2017. Les prochaines informations du recensement quinquennal ne seront pas accessibles avant la fin de 2025. Pendant ce temps, les chiffres générés par l’Insee ne sont que des « estimations ». Cependant, ces chiffres sont contestés par les élus locaux, qui estiment qu’ils sous-estiment significativement la population immigrée illégale, principalement originaire des Comores et de l’Afrique continentale, via la Tanzanie. Selon le sénateur Saïd Omar Oili, les chiffres produits par Insee ne coïncident pas avec la réalité quotidienne à Mayotte.

Madi Madi Souf, le président de l’Association des maires de Mayotte, exprime également son indignation, déclarant que cela constitue une irrégularité et une injustice car cela a des implications sur le financement des politiques publiques ainsi que sur la gestion de leurs écoles, réseaux d’eau et routiers, ainsi que les besoins en matière de gestion des déchets. Selon Madi Souf, les volumes d’eau en bouteille fournies pendant la période de sécheresse sans précédent en 2023 démontrent ce déséquilibre. Il note également une incohérence dans les chiffres de l’Insee, qui indiquent 1 200 foyers dans la commune de Ouangani, alors que les travaux de connexion à la fibre optique en touchent 3 200.

Remarque : L’intégralité de cet article n’est disponible que pour les abonnés. Il reste 51.3% de l’article à lire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1590
Politique

« Dimanche ordinaire sur les baies Nouméa »

27 mai 2024
Il règne une ambiance de fête en cette journée des mères que l'on observe devant la boutique d'un fleuriste située à la baie de l'Orphelinat à Nouméa, ce dimanche. «…