×

Défiscalisation, loi Girardin ou loi Scellier : comment faire un choix judicieux ?

Partager sur Facebook

Dispositif Girardin outre-mer Cet investissement immobilier locatif en outre-mer est réservé aux plus hauts revenus.
Pour se lancer dans de bonnes conditions, il faut être financièrement solide et, au regard du régime fiscal, seuls les contribuables fortement fiscalisés y trouvent vraiment leur compte, notamment ceux qui payent 10000€ et plus d’impôts.

L’investissement outremer ouvre droit à une réduction, sur 5 ans, dont le taux varie entre 25 et 50% selon le cas.
Cet investissement présente cependant une réelle part de risque vu l’éloignement et la difficulté de trouver un programme en adéquation avec la demande locale de location.
Dispositif Scellier outre-mer Ici encore, le besoin de défiscalisation doit être important.
Pour en profiter il faut gagner au moins 75000€ annuels et payer au moins 6000€ d’impôts par an.
L’atout fiscal est plus séduisant que celui de la loi Girardin puisque la défiscalisation atteint 40% du bien sur 9 ans et jusqu’à 52% sur 15 ans pour la version dite du « Scellier intermédiaire ».
L’opération est cependant intrinsèquement risquée, compliquée par l’éloignement géographique et sa rentabilité est faible sans compter l’avantage fiscal.

Dispositif Scellier en métropole C’est un investissement efficace même pour ceux qui ne sont pas fortement imposés et il est susceptible d’intéresser un plus grand nombre de particuliers que les autres dispositifs.
En effet, à condition de louer le bien pendant 9 ans, il est possible de déduire directement des impôts sur le revenu 25% du montant de l’achat à condition (depuis 2011) que le logement soit dans un bâtiment répondant aux normes Bâtiment basse consommation.
Cette réduction d’impôt sur le revenu porte sur la fraction du prix inférieur à 300000€.
Sa rentabilité financière est plus faible que celle d’un investissement classique dans l’ancien, mais c’est un dispositif simple et rentable si le logement est bien choisi.
Régime Malraux La loi Malraux, dans sa dernière mouture en vigueur depuis le 1er janvier 2009, a pour objectif d’inciter les particuliers à acheter de l’immobilier ancien dans des secteurs présentant un intérêt patrimonial ou architectural, et à le rénover.
Selon la zone dans laquelle est situé l’investissement (secteur sauvegardé ou zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager), la réduction d’impôt sera de 30 à 40% du montant des travaux de rénovation.
Le propriétaire s’engage à louer le logement rénové pendant 9 ans.
Une réduction d’impôts proportionnelle aux travaux effectués est accordée dans la limite de 100000€/an pendant 4 ans.


Contacts:

Laisser un message de réponse

1000

Leggi anche