×
google news

L'essaimage

Partager sur Facebook

Un jour, sans que la raison ne soit vraiment connue, la reine des abeilles s’en va, en compagnie de ses ouvrières, laissant derrière elle le reste des abeilles, les stocks divers, de nourriture, par exemple; bref, tout ce qu’elle a mis en place.
Le plus souvent, elle part vers l’inconnu, et ne revient jamais à sa ruche.

Très vite, d’autres abeilles s’éveillent, et l’étape principale de l’essaimage débute.
Chacun découvre l’absence de la reine, et sait instinctivement la conduite à suivre.
Les ouvrières, abeilles asexuées, aident aussitôt les princesses, abeilles sexuées, à éclore.
Mais la situation change totalement dès lors que la première princesse sort de son alvéole; elle n’a en effet qu’un seul but : tuer le maximum de ses semblables.
Ainsi, alors que les ouvrières cherchent à aider, les princesses affichent un comportement cruel et meurtrier, n’hésitant pas, si elles le peuvent, à transpercer les autres de leur aiguillon.
Les ouvrières, se sachant inférieures dans la hiérarchie, n’interviennent pas.
Des combats peuvent avoir lieu, mais lorsqu’il ne reste que deux princesses, elles font toujours en sorte que l’une d’entre-elles survive.

Les abeilles ont beau sembler prêtes à tout pour gouverner, elles verront toujours l’intérêt de la ruche en premier : il faut une survivante; elles ne peuvent pas se tuer simultanément.
Une fois cette survivante seule, elle évacue les cadavres des autres princesses, puis, part se faire féconder en plein vol, avant de rentrer se mettre à pondre, tandis que les ouvrières reprennent leurs activités habituelles tout à fait normalement.
Rien n’arrête les abeilles lorsqu’il s’agit de prendre le pouvoir.
Seraient-elles plus proches des humains qu’on ne le pense ?

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media