×
google news

Rouler l'hiver à l'abri : essai maxiscooter Honda SW-T 400 2011

En attendant l’arrivée de son grand frère en 600 qui singera son look, nous nous sommes contentés de l’offre 400 chez Honda pour affronter notre « hivernale ».
Et c’est peut-être lui qui aura eu à affronter les pires conditions, puisque comme vous le savez, l’Hiver avait décidé de s’abattre violemment sur l’Ile de France la semaine dernière.

Nouveauté scooterInutile donc de tenter de juger ses performances, pour cela vous pouvez jeter un oeil à notre essai de la version 2010 réalisée dans des conditions plus clémentes mais qui en même temps ne nous avaient pas permis de juger d’une qualité de l’engin et de sa protection …Sa qualité mise en valeur cette semaine, c’est l ’équilibre du SW-T et son centre de gravité placé bas (comme sur beaucoup de scooters).

Ainsi une mauvaise plaque de verglas (les deux roues surprises par la glace) nous a montré combien le scooter est sain dans ses réactions.
Surpris au détour d’une descente, il aura suffit de couper les gaz et de ne surtout pas toucher aux freins pour s’en sortir avec un simple contre braquage et le pied posé au sol, style Supermot’.
Le tout il faut bien dire grâce aux petites roues et à son centre de gravité bien bas qui ont évité sur les premiers centimètres de glisse de tout de suite trop coucher l’engin.
Avec un gros trail genre Super Ténéré, je ne suis pas persuadé d’une issue semblable.
Idem sur la neige, ni trop souple ni trop raide en cadre et suspension, le renvoi d’informations aura bien fonctionné et encore une fois, la faible hauteur de selle aura facilité la fabrication de petites roues grâce aux deux pieds, histoire tout de même de se stabiliser.
Rouler l’hiver à l’abri épisode 2 : Honda SW-T 400La qualité de transmission de la puissance au sol est aussi à saluer.
Malgré le variateur et les capacités naturelles de ce genre de deux roues pour gazer aux Feux Rouges, il aura été aisé de gérer a poignée de droite afin de ne pas rouler tout le temps en crabe.
Mais venons en à ce qui nous occupe en cet Hiver 2010 2011, la protection.
Et bien sur ce point, il s’en sort avec du bien et du moins bien.
Si par exemple, on apprécie la très bonne protection de la bulle, on regrette a faible largeur du tablier avant.
Si les genoux sont à l’abri, son étroitesse laisse l’air refluer par l’arrière qui vient alors vous rafraîchir les mollets mais attention je vous parle de tout cela avec nos règles de base, à savoir : une veste Bering Milano sans doublure hiver et un jean ! On chipote, certes, mais notre maître étalon comme la Goldwing a fait mieux sur ce point ou le MP3 400 aussi.
Autre « tare », on regrette que la place au pied soit trop fine.
Posés bien à pat sur le plancher ou appuyés sur le tablier, on a toujours la semelle de la chaussure qui dépasse un peu.
La faute au gros tunnel central qui héberge le réservoir.
Eau et froid viendront vous attaquer par ce bout en premier.
Encore une extrémité du corps trop exposée, c’est la main.
Là le SW-T 400 ne fait presque pas mieux qu’un roadster demi caréné.
Dommage pour lui, et je dois avouer que j’ai du quitter les gants « été » sur des trajets dépassant les 10 kms.
Pour celui qui roule tout le temps et qui avalera beaucoup de kilomètres, on soulignera l’extrême faiblesse de la consommation qui n’aura jamais dépassé les 5l aux 100 kms ! Même à allures rapides sur autoroute.
Un bon point pour ceux qui n’ont pas d’actions chez Total …Au final, ce SW-T400 se place loin derrière la Goldwing en terme de confort hivernal, en revanche pour affronter les pièges de l’hiver, c’est un bon compagnon.
Je dois avoué que je n’aurai pas imaginer sortir les roues de l’éléphant Goldwing par cette rudesse blanche.
Aussi, j’aurai été bien curieux de voir le 3 roues dans ces conditions, car il m’a semblé que ceux croisés s’en sortaient avec les honneurs.
Pour la protection au vent, heureusement pour le Honda, il s’offre jusqu’ici a meilleur bulle car il est trop juste en protection des jambes et des mains.
De quoi faire le bonheur des vendeurs de manchons et tabliers.
Tarif : à partir de 6 590€Moteur :Type : Bicylindre en ligne, quatre temps, double ACT et 8 soupapes, refroidissement liquideCylindrée : 399 cm3Alésage x course : 64 x 62 mmRapport volumétrique : 10,8 à 1Puissance maxi.
: 28,7 kW à 8 000 tr/min (95/1/EC)Couple maxi.
: 37,8 Nm à 6 500 tr/min (95/1/EC)Régime de ralenti : 1 300 tr/minCapacité d’huile : 2,6 litresAlimentation : Injection électronique PGM-FIDiamètre de passage : 30 mmFiltre à air : Type cartouche à secCapacité de carburant : 16 litres (y compris réserve de 3,5 litres)Allumage : Digital avec avance électroniqueCalage : 12° AvPMH (ralenti) 40° AvPMH (9000 tr/min)Bougies : CR8EH-9 (NGK) ; U24FER9 (ND)Démarrage : ÉlectriqueBatterie : 12V/10AhAlternateur : 360 WPhare : 12V/55 W (croisement) / 55 W (route)Embrayage : Automatique centrifugeTransmission : V-MaticRatios de démultiplication : 2,450 0,900Réduction finale : 6,394Transmission finale : Courroie V-BeltPartie cycle :Type : Poutre centrale en acierDimensions (L x l x H) 2 285 x 770 x 1 430 mmEmpattement : 1 600 mmAngle de chasse : 28° 30’Traînée : 105 mmRayon de braquage : 2,8 mHauteur de selle : 740 mmGarde au sol : 135 mmPoids tous pleins faits : 247 kg (AV : 95 kg ; AR : 152 kg) – *250 kg (AV : 98 kg ; AR : 152 kg)Capacité de transport maxi.
: 169 kgPoids en charge : 416 kg (AV : 136 kg ; AR : 280 kg) – *419 kg (AV : 139 kg ; AR : 280 kg)Suspension avant : Fourche télescopique de ø 41 mm, débattement 120 mmSuspension arrière Double amortisseurs réglables en précharge (5 pos.
), débattement 115 mmJantes aluminium à 3 branches en U ; Avant 14M/C x MT2.
75 : Arrière 13M/C x MT4.
50Pneus Avant 120/80 – 14M/C 58S – Arrière 150/70 – 13M/C 64SFrein Avant : Simple disque hydraulique ø 276 x 5 mm avec étrier Combiné 3 pistons (*C-ABS) et plaquettes frittéesFrein Arrière : Simple disque hydraulique ø 240 x 6,5 mm avec étrier 2 pistons (*C-ABS) et plaquettes frittées

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media