×
google news

Nouvelle BMW Série 5 Touring : histoire et technique chapitre 1

BMW nous a sorti le concept de la BMW Série 5 Touring telle qu’on la connaît aujourd’hui en 1991 et commercialisé en 1992 avec la série E34.
Aujourd’hui l’identité est toujours présente avec la nouvelle version dévoilée il y a quelques jours.

Pour l’occasion et les fans, voici quelques clichés retraçant ces quatre générations qui ont sans cesse amélioré le concept du break rapide, technologique et pratique.
Quand le côté utilitaire se mue en argument avec finesse.
Les 4 générations des BMW Série 5 TouringUn trait caractéristique de la Série 5 Touring ,que nous avons évoquée, est la technologie embarquée.
La nouvelle version n’en manque pas notamment pour les liaisons au sol qui sont assurés par un essieu avant à doubles triangles obliques et essieu arrière Integral associé à une suspension pneumatique…PUBLICITÉPUBLICITÉ Également unique dans ce segment : la nouvelle série 5 Touring 2010 est équipée d’une direction active intégrale.
Son essieu avant à doubles triangles obliques en aluminium permet de séparer les fonctions de guidage des roues et d’amortissement, ce qui bénéficie au confort.
Ne subissant pratiquement aucune force latérale, les amortisseurs peuvent réagir avec une sensibilité particulière à la moindre aspérité de la route.
En même temps, présentant un carrossage adapté à la perfection, la cinématique de l’essieu avant assure un contact optimal entre les pneus et la route.
Il est ainsi possible de transmettre des forces latérales élevées tout en réalisant des qualités routières tournées vers le sport en présence d’un réglage confortable du train de roulement.
La remontée d’influences perturbatrices dans la direction est également minimisée.
Les situations de conduite dynamiques caractérisées par une accélération transversale élevée sont mieux maîtrisées.
L’essieu arrière Integral V, une conception nouvelle, elle aussi en aluminium, offre également des conditions idéales pour accroître le dynamisme de conduite tout autant que le confort.
Il reprend les forces motrices et dynamiques introduites dans la suspension des roues via le porte-moyeu, le berceau de l’essieu, le triangle inférieur et trois bras.
Le nouveau logement élastocinématique du triangle inférieur permet de neutraliser les chocs agissant dans l’axe longitudinal par un débattement rectiligne vers l’arrière.
Les forces introduites radialement et axialement dans les silentblocs du triangle inférieur sont ainsi bien séparées les unes des autres.
L’essieu étant efficacement découplé et de la route et de la chaîne cinématique, il assure de plus un confort acoustique et vibratoire hors classe.
La dotation standard de la nouvelle BMW Série 5 Touring comprend de plus une suspension arrière pneumatique avec correcteur d’assiette automatique.
Quels que soient la situation de conduite et le chargement de la voiture, cette suspension assure une assiette constante.
Chaque modification de l’état de chargement est prise en compte sans délai et compensée roue par roue.
Avec tout cela, quoique un peu lourd en explication, vous savez pourquoi une série 5 Touring tient le pavé et la nouvelle rendra le tout encore un peu plus performant.
Une innovation au rendement unique : la boîte automatique à huit rapports.
En option, toutes les variantes proposées pour le lancement commercial de la nouvelle BMW Série 5 Touring peuvent bénéficier de la nouvelle boîte automatique à huit rapports inaugurée sur la berline de luxe à douze cylindres BMW 760i.
C’est ainsi que la nouvelle BMW 520d Touring est la première voiture au monde de son segment, sur laquelle un quatre cylindres peut s’accoupler à une boîte automatique à huit rapports.
La boîte innovante associe confort de commande, sportivité et efficacité d’un niveau inégalé à automatiques mises en œuvre dans son environnement concurrentiel.
En alternative, la nouvelle BMW Série 5 Touring peut aussi recevoir une variante automatique sport de la boîte à huit rapports ; également disponible en option, elle prévoit aussi la sélection manuelle des rapports via des palettes de commande au volant.
La boîte automatique à huit rapports se distingue par une conception innovante des trains de pignons.
Les huit rapports avant et la marche arrière sont réalisés à l’aide de quatre trains de pignons simples et cinq éléments de commande.
Le tout permet de passer encore plus vite d’un rapport à l’autre.
Fiches techniques des motorisations :BMW 535i Touring : six cylindres en ligne essence avec TwinPower Turbo, injection directe (High Precision Injection) et VALVETRONIC ;cylindrée : 2 979 cm3, puissance : 225 kW (306 ch) à 5 800 tr/mn ;couple maxi.
: 400 Nm entre 1 200 et 5 000 tr/mn ;accélération [0 à 100 km/h] : 6,0 (B.
V.
A.
: 6,1) secondes ;vitesse maxi.
: 250 km/h ;consommation moyenne (norme européenne) : 8,6 (B.
V.
A.
: 8,5) l/100 km ;émissions de CO2 (norme européenne) : 201 (B.
V.
A.
: 197) g/km ;norme antipollution : Euro 5.
BMW 523i Touring : six cylindres en ligne essence avec injectiondirecte (High Precision Injection) fonctionnant en mélange pauvre ;cylindrée : 2 996 cm3, puissance : 150 kW (204 ch) à 6 100 tr/mn ;couple maxi.
: 270 Nm entre 1 500 et 4 250 tr/mn ;accélération [0 à 100 km/h] : 8,2 (B.
V.
A.
: 8,4) secondes ;vitesse maxi.
: 231 (B.
V.
A.
: 227) km/h ;consommation moyenne (norme européenne) : 7,9 (B.
V.
A.
: 7,8) l/100 km ;émissions de CO2 (norme européenne) : 177 (B.
V.
A.
:182) g/km ;norme antipollution : Euro 5.
BMW 530d Touring : six cylindres en ligne diesel à carter en aluminium, turbocompresseur à géométrie variable de la turbine et injectiondirecte à rampe commune (injecteurs piézo-électriques, pression d’injection maxi.
: 1 800 bars) ; cylindrée : 2 993 cm3, puissance : 180 kW (245 ch) à 4 000 tr/mn ;couple maxi.
: 540 Nm entre 1 750 et 3 000 tr/mn ;accélération [0 à 100 km/h] : 6,4 (B.
V.
A.
: 6,4) secondes ;vitesse maxi.
: 243 (B.
V.
A.
: 242) km/h ;consommation moyenne (norme européenne) : 6,4 (B.
V.
A.
: 6,3) l/100 km ;émissions de CO2 (norme européenne) : 169 (B.
V.
A.
: 165) g/km ;norme antipollution : Euro 5.
BMW 520d Touring : quatre cylindres diesel à carter en aluminium, turbocompresseur à géométrie variable de la turbine et injectiondirecte à rampe commune (injecteurs à électrovanne, pressiond’injection maxi.
: 1 800 bars) ;cylindrée : 1 995 cm3, puissance : 135 kW (184 ch) à 4 000 tr/mn ;couple maxi.
: 380 Nm entre 1 750 et 2 750 tr/mn ;accélération [0 à 100 km/h] : 8,3 (B.
V.
A.
: 8,3) secondes ;vitesse maxi.
: 222 (B.
V.
A.
: 220) km/h ;consommation moyenne (norme européenne) : 5,2 (B.
V.
A.
: 5,3) l/100 km ;émissions de CO2 (norme européenne) : 137 (B.
V.
A.
: 139) g/km ;norme antipollution : Euro 5.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
auto
Automobile

Comment faire et où changer ses pneus pas chers ?

8 mai 2020
De nos jours, cela devient difficile d’entretenir sa voiture, car même pour faire changer ses pneus cela coûte cher. Internet est une source inépuisable de renseignements bons ou mauvais et…
auto
Automobile

Ducati Multistrada 2010 : la vidéo avec piano

22 avril 2020
Voici LA vidéo de présentation officielle de celle qui crée le buzz en ce moment sur la planète moto. Ducati a choisi de nous présenter la nouvelle Multistrada dans une…
Contents.media