×
google news

« Embarras RN suite propos raciste candidat »

Ils aimeraient éviter toute nouvelle controverse concernant les citoyens bi-nationaux au Rassemblement national (RN). Alors que Jordan Bardella s’est montré comme l’incarnation d’un « véritable front républicain » dans Le Figaro, ce mardi 2 juillet, les lecteurs fidèles de L’Yonne républicaine ont découvert un ton différent en lisant le compte-rendu du débat qui s’est tenu la veille au siège du journal à Auxerre. La confrontation mettait aux prises le candidat du RN, Daniel Grenon, qui avait obtenu 40,4% des voix au premier tour des élections législatives, et l’écologiste Florence Loury, candidate du Nouveau Front populaire. Ces deux feront face dans la première circonscription de l’Yonne lors du second tour ce dimanche, 7 juillet.

Selon les rapports du journal fondé à la Libération, Daniel Grenon a soutenu la proposition de Jordan Bardella d’exclure les citoyens bi-nationaux des postes importants de l’État. Il a ajouté : « Des individus du Maghreb sont arrivés au pouvoir en 2016, ces personnes ne devraient pas être dans les hautes sphères ». Une déclaration franchement raciste et discriminatoire qui a rapidement été remise en cause par l’ancien député, Guillaume Larrivé (Les Républicains, LR), qui a perdu face au RN dans la région de l’Yonne en 2022, ainsi que par le ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, qui a rapidement condamné le « racisme du Front national ». « On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas », a-t-il averti sur X.

L’exclusion des principes de la République est survenue quelques jours après que Roger Chudeau, le député sortant du RN de Loir-et-Cher, ait attiré l’attention sur une mesure que le parti de Marine Le Pen essayait de garder hors de vue. Le 27 juin dernier, cet ancien inspecteur de l’éducation a déclaré sur BFM-TV que les membres du gouvernement ne doivent pas avoir une double nationalité, en visant spécifiquement l’ancienne ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, qui a la double nationalité française et marocaine. « Les ministres doivent être purement français, point final », a-t-il martelé, en évoquant une probabilité de « double loyauté ».

La notion de « double allégeance » constitue un puissant indicateur pour le RN. Cette déclaration a provoqué de vives réactions, notamment celle de la principale concernée, qui a décrit ces propos comme « absolument intolérables », véhiculant le message que l’on ne peut pas faire confiance à nos compatriotes d’origine étrangère. Ainsi, cela a poussé Marine Le Pen à recadrer son « Monsieur éducation », en envisageant même son renvoi devant la commission des conflits du parti d’extrême droite, bien qu’il ait remporté dimanche dans sa circonscription avec 49,7 % des voix. Cependant, interrogée le soir même à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) sur sa position concernant les binationaux, elle a maintenu sa position auprès du Monde : « On ne peut pas supprimer une promesse simplement parce qu’elle est controversée. »

Il reste encore 43.85% de cet article à lire. La suite est réservée uniquement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 993
Politique

« NFP désaccord sur candidature Bello Matignon »

15 juillet 2024
Découvrez tous nos articles sur les élections législatives en cliquant ici. Pour les résultats à travers tout le pays, faites un tour sur notre moteur de recherche ou consultez notre…
example 982
Politique

Bello refuse offre première ministre gauche

14 juillet 2024
Après deux jours de conjectures qui ont accentué les divisions parmi la gauche, la présidente de La Réunion, Huguette Bello, a refusé le dimanche 14 juillet l'offre de devenir la…