×
google news

« Législatives 2024: Poussée du Rassemblement National Outre-Mer »

Dans les départements d’outre-mer, l’attitude envers le Rassemblement national (RN) a-t-elle évolué ? Jusqu’à présent, ce parti avait été généralement préféré lors des élections présidentielles et européennes, notamment à partir de 2017, en raison de l’intensité de la colère ressentie. A cause d’un sentiment généralisé de négligence de la part du gouvernement central et, plus récemment, d’un rejet viscéral d’Emmanuel Macron, ce parti incarnait une option de vote de protestation. Cependant, le parti de Marine Le Pen a toujours eu du mal à trouver un ancrage local, en particulier dans les Antilles.

Cependant, lors des élections législatives, le RN a présenté des candidats dans vingt-cinq des vingt-sept circonscriptions. Ces élections pourraient signaler un changement vers un vote plus axé sur les enjeux locaux, soutenu par une nouvelle génération de candidats. De fait, cette année, onze d’entre eux ont surpassé le seuil de qualification pour le second tour, ce qui est sans précédent. Les partis de gauche continuent à bénéficier d’un soutien solide dans les Antilles, en Guyane et à La Réunion. Malgré cela, après le premier tour du 30 juin, bien que modérée, l’influence du RN est incontestable.

Par ailleurs, les résultats du RN à La Réunion ont été surprenants : tous leurs candidats se sont qualifiés pour le second tour dans les sept circonscriptions de l’île. C’est une première, avec des candidats locaux recueillant en moyenne 25% des suffrages, y compris ceux moins connus. Pour les élections législatives de 2022, leur meilleur résultat avait été de 13%. Jusqu’à maintenant, le RN n’avait des performances notables que lors d’élections où Marine Le Pen (59,6% au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2022) et Jordan Bardella (31,7% aux élections européennes de 2024, mais avec 73,6% d’abstention) étaient au premier plan.

« Il y a beaucoup d’électeurs sont fâchés ».

Nathalie Bassire, une députée dissidente des Républicains (LR), qui faisait partie du groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires, ne s’est pas prononcée sur la manière dont elle souhaite que ses électeurs votent au deuxième tour le 7 juillet. Selon elle, elle a du mal à canaliser la colère de son électorat. Beaucoup d’entre eux sont frustrés, arguant que le gouvernement ne les entend pas ou soulignant qu’ils ont déjà essayé à la fois les pouvoirs de gauche et de droite, et que désormais ils veulent du changement.

Par ailleurs, en février et mars, deux figures notables de la droite locale, Jean-Jacques Morel, conseiller régional, et Jean-Luc Poudroux, ancien député LR et président du département, ont décidé de rejoindre le Rassemblement National à Saint-Denis et dans l’Ouest. Dans les hauts de l’île, où le parti d’extrême droite obtient ses meilleurs résultats, Joseph Rivière, une personnalité relativement inconnue, pourrait s’imposer dans la troisième circonscription.

Le reste de l’article (47,42%) est disponible uniquement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1073
Politique

« Candidature Tubiana pour Matignon, LFI en rupture »

16 juillet 2024
Suite au renoncement d'Huguette Bello, présidente du conseil régional de la réunion, à se présenter comme candidate du Nouveau Front populaire (NFP) au poste de Premier ministre, un autre candidat…