×
google news

Cadres de l’Etat face à l’extrême-droite

Le mercredi 12 juin, suite à l’annonce d’Emmanuel Macron de sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale et de tenir des élections législatives précoces, des conseillers d’État de la « section de l’intérieur » du Palais-Royal se sont rassemblés avec préoccupation. Ils s’interrogent sur ce qu’ils feront s’ils doivent examiner des propositions de loi de la Rassemblement National (RN) ? Par exemple, une loi qui réserve le logement social aux citoyens français, une promesse du parti d’extrême droite. « On annoncera que c’est inconstitutionnel » prédit un maître expérimenté des requêtes. « Il y aura certainement des éléments de préférence nationale. Comme en 1940, le Conseil d’État cédera, craignant d’influencer le déroulement des événements », s’indigne un juge administratif, décidé à fuir en cas de triomphe du RN le 7 juillet.

Depuis le dimanche, les hauts fonctionnaires dépeignent une atmosphère tendue, comme l’approche d’une collision de météorite, qui permettrait au président du RN, Jordan Bardella, 28 ans, d’entrer à l’Hôtel de Matignon et à la France d’avoir des ministres du parti fondé par Jean-Marie Le Pen. Doivent-ils partir ou rester ? Cette question a tourmenté les cadres ministériels pendant environ une quinzaine d’années, alors que l’extrême droite gagne du terrain dans le pays. Leur obligation de continuité est mise en balance avec leur conscience personnelle. Déjà, ces hauts fonctionnaires envisagent l’éventuelle prise de poste par les hommes de Marine Le Pen et Jordan Bardella dans certains des quelque 600 emplois supérieurs de l’Etat, nommés par le conseil des ministres.

Le Rassemblement National (RN) annonce son intention de patienter jusqu’à la cloture des Jeux Olympiques avant de procéder à toute modification des mécanismes qui contribuent au succès de cet événement exceptionnel, y compris le rôle du préfet de police de Paris, Laurent Nuñez. Néanmoins, il est déjà prévu de remplacer certains postes critiques, comme le chef du renseignement, le directeur de la police nationale, du Trésor ou du budget. On a déjà prédestiné des positions stratégiques, notamment le directeur du cabinet du Premier Ministre, du ministère de l’Intérieur et le secrétaire général du gouvernement pour être occupé par des proches.

« Nous ne sommes pas systématiquement en faveur du système de spoil [une pratique américaine qui consiste à remplacer les fonctionnaires actuels par des partisans], cependant, argumente Renaud Labaye, un catholique traditionaliste de Versailles qui est le bras droit de Marine Le Pen à l’Assemblée nationale et une figure clé de l’ombre formée à Saint-Cyr et à HEC, nous avons besoin de pleine loyauté dans les postes clés, ils ne doivent pas être anti-RN. Ceux qui risquent de ralentir ou d’entraver notre politique, ceux qui ne sont pas prêts à mettre en œuvre pleinement notre politique seront sans doute remplacés. »

Il reste 88.07% du texte de cet article à lire, qui ne peut être consulté que par les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1085
Politique

LFI rejette proposition Tubiana, PS insiste

16 juillet 2024
Ce live a été présenté par Minh Dréan, Marie Pouzadoux, Geoffroy Clavel, Solène L’Hénoret et Marie Slavicek. Si vous souhaitez lire tous nos articles sur les élections législatives, vous trouverez…
example 1073
Politique

« Candidature Tubiana pour Matignon, LFI en rupture »

16 juillet 2024
Suite au renoncement d'Huguette Bello, présidente du conseil régional de la réunion, à se présenter comme candidate du Nouveau Front populaire (NFP) au poste de Premier ministre, un autre candidat…