×
google news

Élections: Vote écolo baisse en ville

Deux ans avant les prochaines élections municipales, les grandes villes dirigées par les maires écologistes ont noté une baisse notable des résultats politiques familiaux lors des élections européennes. Malgré une performance prometteuse en 2019 autour de 20%, la liste menée par Marie Toussaint n’a réussi à attirer qu’un dixième des électeurs à Lyon (11,2%), Bordeaux (10,9%), Strasbourg (9%) et Grenoble (12,9%). En outre, à Annecy, le score a seulement atteint 8,3%, comparé à 19,3% en 2019.

Néanmoins, les chiffres sont plus encourageants par rapport au score national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui était de 5,5%. Les maires, dont Emmanuel Denis de Tours, apprécient également le fait qu’ils ont mieux résisté à l’extrême droite que d’autres villes. À Bordeaux, le maire Pierre Hurmic se félicite que le Rassemblement national n’ait atteint que la quatrième place. Cependant, la situation reste difficile pour ces maires, qui savent qu’ils vont être jugés de façon critique lors des prochaines municipales. En effet, lors des élections de 2020, leur score avait souvent dépassé les 30%. À Grenoble, Eric Piolle avait même obtenu 46,7% des voix dès le premier tour.

Selon Thierry Dominici, professeur à l’université de Bordeaux, la prospérité du mouvement écologiste lors des élections municipales de 2020 est due à la réunion des deux aspects de l’écologie politique – «l’écologie institutionnelle» représentée par des entités telles que EELV, Génération Ecologie ou Cap21, et l’«écologie radicale», défendue par des militants de la société civile qui demandent un changement de paradigme complet. Ce mariage stratégique a entraîné une augmentation du nombre de membres et la naissance d’un mouvement écologique politique hybride, note M. Dominici.

Cependant, ces administrations, largement composées de militants de la société civile, ont dû faire face aux défis de la gestion courante. Rapidement évolutives en forces institutionnelles, ces municipalités ont progressivement perdu une partie de leur électorat. Dominici souligne que c’est un défi constant pour les officiels d’équilibrer l’engagement des militants tout en fournissant une gestion efficace. Léonore Moncond’huy, la maire (Les Ecologistes) de Poitiers, confirme cette difficulté, mais note qu’elle ne fait pas face à des contestations de la part de l’écologie radicale. Cela dit, il reste beaucoup à découvrir dans cet article, qui n’est accessible qu’aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 850
Politique

« Front Populaire négocie premier ministre gauche »

13 juillet 2024
Dans le programme d'aujourd'hui, la France Insoumise (LFI) a présenté quatre individus à la discussion lors des débats de Nouveau Front populaire (NFP) hier. Certains à gauche ont interprété cela…
example 843
Politique

Richard Ferrand nommé chez Elsan

12 juillet 2024
Richard Ferrand, ancien président de l'Assemblée nationale (2018-2022) et allié d'Emmanuel Macron, a été nommé président du conseil de surveillance d'Elsan, selon ce qu'a révélé l'Agence France-Presse ce vendredi 12…