×
google news

Gouvernement face à deux motions pré-éuropéennes

À l’approche des élections européennes, le sujet des finances publiques refait surface à l’Assemblée nationale. La France insoumise (LFI) et le Rassemblement national (RN) prévoient de défendre deux motions de censure ce lundi 3 juin. Bien que ces dernières aient peu de chances de renverser le gouvernement, elles fournissent surtout une plateforme pour leur opposition résolue à Emmanuel Macron, le président de la République, une semaine avant les élections. Concernant les actions de l’opposition, Gabriel Attal a condamné leur quête de désordre politique et économique lors d’une interview sur Franceinfo ce lundi.

Tandis que les candidats clés se mobilisaient activement ce week-end, les sondages accordent une avance majeure à la liste du Rassemblement national de Jordan Bardella, avec 32 à 34% des intentions de vote, loin devant Valérie Hayer (16%), soutenue par Macron, et le candidat du Parti socialiste-Place publique, Raphaël Glucksmann (13%).

La France insoumise et le RN ont déposé ces motions de censure pour protester contre les réductions budgétaires décidées par le gouvernement en février sans présentation d’un projet de loi de finances correctif au Parlement. Ces motions, co-signées par les communistes et des écologistes, décrient ce qu’ils estiment être une austérité sans égal, insupportable sur le plan social et inefficace sur le plan budgétaire. Ceci après l’arrêt de 10 milliards d’euros de financements pour 2024 en raison d’un déficit croissant.

Suite à la récente dégradation de la note souveraine de la France par l’agence S&P, passant de « AA » à « AA-« , le Ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a réaffirmé sa position économique. Il a fermement écarté une éventuelle « augmentation des impôts » pour 2025, une décision qui a suscité la colère de la gauche, demandant des taxes plus lourdes pour les « ultrariches » et les « superprofits » des sociétés.

Le représentant de LFI, Matthias Tavel, a été désigné pour défendre la motion à l’Assemblée. Ayant aussi le rôle de directeur de campagne de son parti pour les élections européennes, il est probable qu’il établisse un lien avec l’élection du 9 juin. Selon Elabe, les « insoumis » rassemblent 8,5% des intentions de vote mais semblent avoir du mal à motiver leurs électeurs. Le Parti socialiste, bien qu’il n’ait pas signé la motion LFI, l’approuvera en séance plénière, comme le confirme son Premier secrétaire, Olivier Faure.

A part leur propre motion, le RN soutiendra également celle des « insoumis » dans une tentative de renverser le gouvernement de Gabriel Attal. Toutefois, il semble peu probable que la gauche réussisse à obtenir les 289 voix nécessaires pour mettre en cause l’exécutif, faute du soutien des députés LR. L’éventualité d’une motion de censure est donc moins menaçante.

Au sein du parti de Marine Le Pen, la motion du Rassemblement national sera présentée par Sébastien Chenu, qui accuse le gouvernement de sous-estimer délibérément le déficit. Cela offrira également l’opportunité à Gabriel Attal de présenter son bilan à l’Assemblée nationale après les élections européennes. Tous envisagent la possibilité d’une future motion de censure contre le premier ministre, peut-être pendant l’examen du budget à l’automne, portée par les indépendants du groupe LIOT ou par les députés LR, qui menacent régulièrement sans jamais passer à l’action.

Quant à Emmanuel Macron, il sera en première ligne lors des cérémonies commémoratives du débarquement en Normandie et se lancera de plein fouet dans la campagne européenne jeudi. Il a planifié une interview en direct avec France 2 et TF1 à Caen durant le journal de 20 heures. Il y parlera des élections européennes ainsi que de la situation en Ukraine et à Gaza.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 837
Politique

« Législatives 2024: LR exclut Eric Ciotti »

13 juin 2024
Suite à la victoire significative du Rassemblement national lors des élections européennes, le président de la République a pris la décision inattendue de dissoudre l'Assemblée nationale le dimanche 9 juin.…
example 822
Politique

Macron rejette contribution retraités effort budgétaire

12 juin 2024
Le parti gouvernemental et Le Rassemblement national, sollicitent l'important vote des retraités en pleine querelle. Face aux accusations continues de l'extrême droite affirmant qu'il prépare discrètement une réduction des retraites…