×
google news

« Mélenchon et Glucksmann : Élections Européennes 2024 »

Jean-Luc Mélenchon, le dirigeant du mouvement de gauche, La France Insoumise (LFI), a récemment pris la parole lors d’un grand rassemblement à Toulouse. Son discours a couvert un large éventail de sujets, dont l’abolition de la retraite à 64 ans et de la « monarchie présidentielle ». Toutefois, l’une de ses déclarations les plus audacieuses concernait le conflit israélo-palestinien.

Mélenchon a fermement critiqué ceux qui soutiennent inconditionnellement le gouvernement israélien, y compris la Présidente de l’Assemblée nationale qui, selon lui, n’avait pas le droit de manifester son soutien à Netanyahu en se rendant en Israël. Il a également souligné qu’il considère le traitement du peuple palestinien par Israël comme un « génocide ».

Affrontement avec la foule, il a décrit ceux qui ignorent volontairement la situation actuelle en Palestine comme étant irresponsables. Mélenchon a insisté sur le fait que son mouvement faisait campagne pour éduquer les gens sur ces questions plutôt que pour induire la peur ou la confusion.

Après les remarques de Jean-Luc Mélenchon, le leader de LFI, sur son entretien TF1 de la semaine précédente, la foule a exprimé son indignation envers le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. Mélenchon avait détaillé les ‘faux-semblants’ de Nétanyahou concernant les attaques commises par l’armée israélienne à Gaza, informations confirmées par la Cour pénale internationale. Mélenchon a vivement critiqué l’échec moral des prétendues élites du pays, ainsi qu’une grande chaîne de télévision autrefois nationale qui permet à un criminel de guerre de prendre la parole.

Rima Hassan, constamment menacée, et le député des Bouches-du-Rhône Sébastien Delogu, qui a été suspendu pendant quinze jours de l’Assemblée nationale après avoir brandi un drapeau palestinien cette semaine, ont ensuite reçu des applaudissements. Mélenchon s’est également moqué des commentateurs qui ont affirmé que la campagne de LFI se concentre exclusivement sur la question palestinienne. Critiquant l’apathie de l’Union européenne (UE) face à la guerre et son refus de suspendre l’accord de coopération UE-Israël, il souligne : « Excusez-moi, nous discutons d’un génocide, pas d’un sujet quelconque. Comme Rima l’a souligné, c’est une question européenne. »

Mélenchon a par la suite demandé à plusieurs reprises un embargo sur les armes expédiées à Israël et a plaidé pour un cessez-le-feu, en argumentant : « Non, la guerre n’est pas la seule solution. Ce bain de sang doit prendre fin ! ».

M. Mélenchon a ironiquement souligné que toute objection posée semble automatiquement être étiquetée comme de l’antisémitisme. Il a fait remarquer que ce ‘club’ englobe maintenant le pape, l’ONU et de nombreuses personnalités respectées, malgré les allégations de ses critiques qui l’accusent d’entretenir une certaine ambiguïté et de faire des commentaires antisémites de temps en temps. Il a exprimé des critiques envers le Conseil représentatif des institutions juives de France, en désaccord avec l’embargo sur les armes vendues à Israël, ainsi que les opinions de Meyer Habib, le représentant de la 8e circonscription des Français à l’étranger comprenant Israël et les territoires palestiniens. Habib nie la colonisation israélienne, et son nom a été conspué par le public.

Dans sa défense, Mélenchon a rejeté les accusations d’antisémitisme adressées à LFI, condamnant la xénophobie et l’islamophobie persistantes. Il a insisté sur le fait que jamais ils n’ont confondu un Juif avec un tireur qui cible les femmes et les enfants à Gaza. Puis il a conseillé à ceux qui critiquent l’islam de s’informer davantage pour finalement comprendre pourquoi ni l’islam ni le christianisme ne sont antisémites.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1557
Politique

« Législatives 2024: Poutou en difficulté, Aude »

23 juin 2024
Philippe Poutou, une figure emblématique du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et maintenant soutenu par le Nouveau Front Populaire (NFP), se lance dans une bataille difficile dans le département de l'Aude…