×
google news

« Européennes 2024: Aubry prône retour à Nupes »

D’après des sources proches du Premier ministre, Gabriel Attal prévoit de « donner son maximum » lors des derniers dix jours précédant le vote. Le Premier ministre français a l’intention de « mettre toutes ses ressources en œuvre » durant la dernière phase de la campagne pour les élections européennes, en supportant la liste du parti présidentiel, dirigée par Valérie Hayer, qui se retrouve actuellement en retard dans les sondages face à l’extrême droite. « Il nous faut concentrer tous nos efforts durant ces derniers jours et cette dernière semaine, voilà quand tout se décide. C’est crucial pour nous de donner le maximum », a expliqué son entourage à l’Agence France-Presse (AFP).

Suite à son débat avec Jordan Bardella, Gabriel Attal a exprimé au Monde, dans l’article ci-dessous par Claire Gatinois et Nathalie Segaunes, qu’il avait « galvanisé les sympathisants » et aidé à « rétablir l’équilibre » de la politique jugée trop conservatrice par le parti macroniste de gauche suite à l’approbation du projet de loi sur l’immigration. « Je suis fier d’être en désaccord avec [Jordan Bardella] et je ne tolèrerai jamais que l’on associe tout immigrant à un criminel ou à un terroriste, » dit-il, tout en reconnaissant que le « duel » n’influencera que peu la campagne des élections européennes.

Lire aussi |

« Ce qui se déroulera durant les dix prochains jours peut être aussi, voire plus significatif que ce qui a eu lieu durant les trois derniers mois », le chef du gouvernement reste optimiste au Monde, rappelant des élections européennes de 2019 qui se sont déterminées lors de la dernière étape. Les brochures le représentant, souriant, à côté de Valérie Hayer, imprimées la nuit suivant le débat, se vendent « comme des gâteaux chauds », d’après lui.

Le premier ministre, qui a eu plusieurs rencontres avec Valérie Hayer, assistera par exemple à la rencontre publique de la majorité ce samedi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il s’exprimera notamment sur plusieurs plateformes médiatiques, avec pour premier rendez-vous, le jeudi matin à 7h30 sur RTL.
Alors que diverses hypothèses politiques sont en circulation pour l’après scrutin du 9 juin, dont l’une impliquant une alliance avec la droite, un membre du conseil exécutif estime que « ceux qui tentent de prévoir l’après 9 juin commettent une erreur. La campagne n’est pas achevée. Pour certains citoyens, elle ne fait que débuter ». À moins de deux semaines du vote, la liste du parti présidentiel est en difficulté dans les enquêtes d’opinion, avec environ 16% des intentions de vote, largement derrière la liste de M. Bardella, qui atteint 34%, et suivie de près par celle de Raphaël Glucksmann, crédité de près de 14%.
Au cours de la campagne officielle pour les élections européennes, qui a débuté lundi et se terminera le 7 juin à minuit, les services gouvernementaux sont en théorie soumis à la discrétion, une tradition qui impose notamment aux ministres et préfets de s’abstenir de toute communication, donc de ne faire aucune déclaration. C’est ainsi que le premier ministre a exposé sa réforme de l’assurance-chômage dimanche, juste avant le début de cette période de discrétion électorale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1695
Politique

« Détention de militants provoque violences en Calédonie »

25 juin 2024
L'agitation violente contre la révision du système électoral, jusqu'alors limitée à Nouméa et ses environs, pourrait désormais s'étendre aux communes rurales, ou "broussailles". Ces vastes régions peu urbanisées pourraient fournir…