×
google news

Nouvelle-Calédonie: Retour normal après urgence

Le dimanche après la mort par balle d’un homme à Dumbéa, le procureur de Nouméa a émis un communiqué pour clarifier les détails de l’incident. Selon lui, le 24 mai 2024, un officier de police hors service avait accompagné son coéquipier à l’hôpital territorial du Médipôle pour des raisons privées. Ils ne portaient pas d’uniformes et n’étaient pas en service officiel.

Leur voyage a été entravé par des embouteillages, et ont donc hésité à continuer. Un ambulancier les a encouragés à le suivre pour faciliter le passage. À l’approche d’un troisième barrage, leur voiture a été bloquée par trois autres véhicules. Ils ont essuyé des jets de pierres d’une foule de 40 à 50 personnes se rapprochant de façon agressive.

Le chauffeur a alors quitté la voiture, s’est identifié et a commencé à sommer la foule. L’officier, assis sur le siège passager, a observé un homme s’approcher avec un objet long et frapper violemment la vitre du côté passager, qui s’est brisée. Voyant l’homme se préparer à frapper à nouveau, l’officier a crié « police, police », avant de tirer une seule fois avec son arme de service, le blessant mortellement au thorax.

Le juge a souligné que « plusieurs marques sur la voiture indiquaient clairement des impacts de pierres » et a précisé qu’une analyse d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a identifié un homme au sol, inconscient, avec peut-être un sabre d’abattis sous le bras qui pourrait être la victime décédée.
Un policier a été inculpé dimanche pour « homicide volontaire aggravé par l’utilisation d’une arme » et placé en garde à vue.
Hier, la ministre adjointe chargée des affaires d’outre-mer, Marie Guévenoux, a insisté sur le fait qu’il était « crucial de comprendre qu’aucune intervention de la police n’a entraîné la mort de personnes ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1418
Politique

« Programme législatif du Nouveau Front populaire »

21 juin 2024
Le Nouveau Front populaire (NFP) prône un programme "sérieux", tandis que Patrick Martin, le chef de Medef, le qualifie de "dangereux" pour l'économie française, éventuellement plus encore que le programme…