×
google news

« Le Pen ne laisse pas Bardella briller »

La planification publique de Marine Le Pen, qui est communiquée chaque semaine aux médias, est habituellement aussi percée que du fromage emmental. Des rendez-vous avec les responsables du parti ici, une question posée au gouvernement là-bas, et avant qu’on ne s’en rende compte, la semaine est terminée.

Toutefois, depuis le début du mois de mai, la porte-parole des députés du Rassemblement national (RN) est constamment en déplacement. Un matin, on la retrouve sur BFM-TV, une station d’information où elle avait promis de ne plus apparaître. Le jeudi 16 mai, elle est l’invitée d’honneur de l’émission politique « L’Evénement » de France 2, où elle tente de se positionner comme l’opposante principale à Emmanuel Macron, en s’exprimant sur des sujets tels que la Nouvelle-Calédonie, la dette et l’Union européenne (UE), qu’elle considère comme étant à l’origine de tous les problèmes.

Une semaine auparavant, la députée du Pas-de-Calais déguste des fraises, respire le parfum des fleurs et prend des photos avec les gens lors d’une exposition horticole dans l’Aube. Le 7 mai, elle s’invite en tant que grande personnalité à un rassemblement de Jordan Bardella en Moselle : »Je n’ai pas pu résister à l’envie de participer à cette réunion amicale », plaisante la leader d’extrême droite. Cette tentation est plutôt compréhensible : pourquoi ne participerait-elle pas à la célébration prévue le 9 juin, soir des élections européennes, où, selon les sondages, son parti pourrait recueillir deux fois plus de votes que le camp présidentiel?

Marine Le Pen, la politicienne française, a prévu de se déplacer à Madrid le dimanche 19 mai, en réponse à l’invitation du parti espagnol Vox, connu pour ses idéologies nationalistes et réactionnaires. Même si Vox n’est pas directement allié à Le Pen et que les opinions de droite qu’ils défendent, en particulier en matière économique et sociale, sont plus tranchées que la sienne, ils se font échos d’un rejet commun de l’UE et des étrangers.

Durant sa visite à Madrid, Le Pen croisera le chemin du président argentin adept du libertarianisme, Javier Milei, ainsi que certains conservateurs américains. Sera également notée l’absence d’Eric Zemmour et Marion Maréchal, dont le parti Reconquête ! avait précédemment annoncé la présence, qui ont disparu de l’affiche lorsque Le Pen a annoncé sa propre participation.

La question se pose alors de savoir pourquoi Marine Le Pen elle-même sera présente à Madrid, plutôt que Jordan Bardella, qui en tant que tete de liste du RN aux élections européennes, est supposé négocier la place de son parti après le 9 juin. Le Pen a expliqué cette décision au journal Le Monde en disant, « Jordan [Bardella] ne peut pas tout faire. Je connais ces gens depuis longtemps. Nous ne partageons pas tout, mais ils sont pragmatiques. Ils sont conscients de notre opportunité de prendre le pouvoir en 2027 et de la possibilité d’un leadership à l’échelle européenne qui viendrait avec. C’est pourquoi je vais à Madrid. »

L’article se termine en indiquant que 67.56% du contenu reste à découvrir pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 949
Politique

Élections: Vote écolo baisse en ville

14 juin 2024
Deux ans avant les prochaines élections municipales, les grandes villes dirigées par les maires écologistes ont noté une baisse notable des résultats politiques familiaux lors des élections européennes. Malgré une…
example 937
Politique

« Gabriel Attal mène malgré l’amertume »

14 juin 2024
A peine quatre jours après la dissolution de l'Assemblée nationale annoncée par Emmanuel Macron le 13 juin, le Premier ministre Gabriel Attal, bien qu'en proie à de l'animosité, au chagrin…
example 928
Politique

« Quatre jours vers le front populaire »

14 juin 2024
Il a fallu seulement quatre jours pour obtenir un accord concernant un "nouveau front populaire" à gauche, le 13 juin. Des discussions rapides s'imposaient, compte tenu du délai pour la…