×
google news

« Nicolas Galpin: Céréalier contraint à diversifier »

Au début de mai, Nicolas Galpin, un agriculteur à Auvernaux dans l’Essonne, a terminé la plantation des betteraves, bien qu’avec un retard d’environ un mois. Il reste encore à semer le maïs. La veille, il a eu un incident avec son tracteur qui est resté embourbé. Les précipitations constantes ce printemps ont contrarié son travail dans les champs. C’est une situation inédite pour lui qui exploite la ferme familiale depuis 2002 avec sa femme. Son installation s’est déroulée progressivement, son père ayant passé les commandes seulement en 2011, lors de sa retraite. La ferme, de 218 hectares lorsqu’elle appartenait autrefois au grand-père de M. Galpin, un industriel du papier peint, n’a pas grandi avec le changement de génération. Après avoir été vendue par les descendants, les bâtiments ont été achetés par M. Galpin, alors que son père a acquis la moitié des terres. L’autre moitié est louée à divers propriétaires. Hormis une autoroute tracée à travers les parcelles dans les années 1960 et un lotissement prenant un hectare, la taille de la ferme n’a pas changé, une taille exceptionnelle pour cette période comme l’a noté l’agriculteur. L’apparence de l’exploitation, cependant, a changé avec le passage de génération. M. Galpin a décidé d’arrêter de labourer la terre pour la culture de betteraves, blé ou orge, dans le but de préserver les sols contre l’érosion. Cette décision l’a rendu dépendant du glyphosate, un herbicide sujet à controverse, nécessaire pour éliminer les mauvaises herbes entre les cultures. La ferme porte dorénavant le label bas carbone.

Monsieur Galpin a procédé à une expansion de sa production. Il a commencé par incorporer du colza et des cultures intercalaires dans son exploitation, suivi, il y a sept ans, par des légumineuses telles que le quinoa et les lentilles, et du maïs trois ans plus tard. Il est aussi responsable de l’élevage de soixante moutons et de la production de miel.

Son modèle agricole lui a valu une reconnaissance de la part de sa coopérative de céréales Axéréal, qui l’a sélectionné pour obtenir le label bas carbone en 2022. «Mon activité entraîne la séquestration du carbone, car j’en stocke davantage que je n’en émet. C’est équivalent à 150 tonnes de CO₂ en 2022 et 106 tonnes en 2023. En conséquence, je reçois entre 2 500 et 3 000 euros par an», déclare-t-il. En contrepartie, il devra payer 800 euros pour le prochain audit annuel, qui a été financé par la coopérative durant les deux premières années. Le label bas carbone l’aide également à valoriser son orge brassicole en lui permettant d’obtenir un supplément de 25 euros par tonne. De plus, pour ses pratiques, il reçoit un bonus annuel de 1 500 euros de la coopérative sucrière Cristal Union, à laquelle il fournit ses betteraves.

La suite de cet article est dédiée aux abonnés, avec encore 48,94% du texte restant à lire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 960
Economie

« Plan de transport Paris 2024: certitudes »

14 juin 2024
L'équipe de Paris 2024 pour les Jeux Olympiques et Paralympiques a clairement indiqué qu'ils étaient prêts pour les défis majeurs des transports et de la sécurité. Ce sentiment d'assurance a…
example 943
Economie

« Guerre des prix mobile réapparaît »

14 juin 2024
La guerre des prix dans le secteur des télécommunications est de retour. Malgré une hausse de l'inflation en 2022, qui avait permis aux fournisseurs de services mobiles d'augmenter leurs tarifs,…
example 939
Economie

« Pire semaine boursière parisienne en deux ans »

14 juin 2024
Les inquiétudes des investisseurs grandissent en raison de la situation politique défavorable en France, ayant des impacts négatifs sur le CAC 40, l'indice boursier principal de la Bourse de Paris.…
example 911
Economie

Plan rémunération 56 milliards Musk validé

14 juin 2024
Après avoir été annulé par la justice en janvier, le plan de rémunération colossal de Tesla et son CEO, Elon Musk, a finalement reçu l'approbation des actionnaires du fabricant de…