×
google news

« Emmanuel Macron et le danger de la stagnation »

Emmanuel Macron a tenu une réunion privée avec François Hollande à l’Élysée, le mercredi 6 mars. Officiellement, la conversation a porté sur la crise en Ukraine, qui a laissé l’armée de Kiev en situation délicate suite à deux années de conflit. Cependant, les deux dirigeants n’ont pas tardé à aborder les défis internes que l’actuel gouvernement doit affronter. Alors que son deuxième mandat de cinq ans est presque à mi-chemin et sans disposer d’une majorité absolue au Parlement, le président ne peut se représenter aux élections de 2027, ce qui met le successeur de Hollande dans une situation de vulnérabilité.

En décembre 2023, le rejet de la proposition de loi sur l’immigration a révélé la fragilité de l’actuelle autorité présidentielle. Alors que 2027 se rapproche, le gouvernement de Gabriel Attal risque de plus en plus d’être victime d’une motion de censure. Pour minimaliser ces risques, des mesures clés telles que la réforme de l’assurance-chômage, le plan pluriannuel de l’énergie et même le plan budgétaire pour 2024, qui doivent être adoptés avant l’été, seront mis en place par décret. Cela dit, il est difficile d’envisager comment on peut gouverner avec cette constante menace pendant les trois prochaines années.

Le gouvernement peut espérer obtenir une majorité en ce qui concerne des débats moins conflictuels tels que la loi sur l’orientation agricole ou la proposition de loi sur le logement. Mais à l’automne, une période de discussion budgétaire se profile à l’horizon et il y a des signes d’inaction imminente. « Aujourd’hui, le problème, c’est que nous ne réformons pas beaucoup de choses », a déclaré l’ancien Premier Ministre Edouard Philippe à L’Opinion fin février. Cette situation de deuxième mandat compliqué obsède Macron, selon les dires d’un ministre. Son plan est de « détruire LR ».

Depuis son bureau meublé d’un canapé en cuir noir à l’Élysée, le président questionne François Hollande. « Quelle est ton opinion sur un gouvernement de coalition, avec une représentation de la gauche et de la droite? » « La gauche ne s’alignera que si tu diriges en adoptant une politique de gauche, ce que tu ne fais pas, » rétorque l’ancien secrétaire du Parti Socialiste. « Ton destin est de terminer avec Les Républicains (LR). »

C’est un destin auquel Emmanuel Macron, depuis plus de deux ans, a du mal à accepter. Le président estime avoir fait des efforts pour se rapprocher des Républicains. N’a-t-il pas, en septembre 2022, chargé la première ministre, Elisabeth Borne, de travailler sur un « accord de gouvernement » qui n’a jamais vu le jour ? N’a-t-il pas invité LR, comme tous les autres partis, aux « rencontres de Saint-Denis » un an plus tard ? Pourtant, le leader du parti, Eric Ciotti, a boycotté la deuxième réunion, arguant qu’il s’agissait d’une « énième tentative de communication présidentielle ».

66,99% de cet article reste à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1611
Politique

Droite presque unie contre projet loi

27 mai 2024
Le lundi 27 mai, le projet de loi concernant l'euthanasie sera présenté à l'Assemblée nationale. Frédérique Meunier, la députée des Républicains (LR) de Corrèze, est prête à se sentir "isolée…