×
google news

Quel est le fonctionnement d'une assurance vie ?

Partager sur Facebook

Conditions Toute personne physique peut ouvrir une assurance vie.
Il n’y a pas la nécessité d’être majeur.
Vous pouvez en ouvrir une pour vos enfants.
Il n’y a pas non plus de limite.
Chacun peut détenir autant d’assurances vie dans autant d’établissements.
Bénéficiaires Quiconque peut être bénéficiaire de votre contrat en cas de décès.

Il faut que la clause bénéficiaire soit rédigée clairement afin qu’il n’y ait aucun doute sur les personnes désignées, en cas décès prématuré.
Cette clause est libre.
Vous pouvez y désigner plusieurs personnes et répartir les sommes de manière inégalitaire.
Vous pouvez modifier cette clause à tout moment.
Il est conseillé de choisir plusieurs rangs de bénéficiaires afin que toutes les sommes soient effectivement réparties en cas de prédécès d’un bénéficiaire désigné.
Taux, mode de gestion et frais Il existe deux types de contrat d’assurance vie : Les contrats en fonds euros et les contrats multi-support qui combinent souvent un fonds en euro et des unités de compte, investies quant à elles sur les marchés financiers.

Du fait de leur construction, les différents contrats sont susceptibles de servir des rémunérations très différentes.
Un fonds en euro vous servira un taux raisonnable (environ 3 à 3,5% pour 2010), mais vous empêchera de capter les hausses de marché.
Les contrats multi-supports en revanche, sont susceptibles de variations plus ou moins fortes selon leur nature et le type d’investissement.
Il est possible de faire d’importantes plus-values comme de subir de significatifs retours de fortune.
Chaque année, votre assureur ou votre banque vous communiquera la valeur rachat de votre assurance vie.
C’est le montant que vous êtes susceptible de récupérer ou de distribuer.
Attention également aux frais de gestion d’assurance vie, qui peuvent s’élever rapidement.
Soyez vigilant lors de la souscription et faites jouer la concurrence.
Fiscalité En ce qui concerne la fiscalité, vous ne serez imposés que sur les plus-values réalisées.
En cas de rachat, même partiel, la plus-value est soit intégrée à l’impôt sur le revenu, soit soumise à un prélèvement libératoire selon les conditions suivantes : – Si le contrat a moins de 4 ans le prélèvement est de 35%.
– S’il a entre 4 et 8 ans, il est de 15%.
– Pour une personne seule il est de 7,5% avec un abattement (sur le revenus et non pas sur le capital) de 4600€ par an.
– La valeur pour un couple marié est le double de celle de la personne seule.
Il est donc important de connaître sa tranche marginale d’imposition afin de pouvoir optimiser la fiscalité de l’année du retrait.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media